Le point de marché de Cisco

  • Nous vous proposons de retrouver ci-dessous le point de marché de Cisco posté dans la file de suivi CAC 40 du jour ICI.

Alors, la semaine dernière fut très instructive … avec dans l’ordre, la FED et la confirmation que le verbe l’emporte de plus en plus souvent sur les actes réels (Super Mario est passé maitre dans cet art ! wink ). Ainsi, il a suffit que la Fed confirme sa formule d'un maintien de ses taux directeurs à leurs bas niveaux actuels pendant une "durée considérable" pour faire repartir les marchés à la hausse, oublié la baisse des prévisions de croissance et l’appréciation négative du rythme de création des emplois blush… puis on a eu la 1ère tranche du nouvel TLTRO de la BCE avec des centaines de Mds offerts mais seulement 82,6 Mds € demandés par les banques prouvant encore une fois, si besoin était, que « l’on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif » … pour ce qui est du résultat du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, pas de réelle surprise tant le « terrorisme psychologique » des médias fut intense les derniers jours avant le référendum ! le NON l’a donc emporté, le Royaume-Uni est sauvé, God save the Queen !! smiley… il y avait aussi l’agence de notation Moody’s qui devait rendre son verdict sur la France et, il est … stable surprise… hé oui ! mais comme elles (les agences de rating) ne veulent plus être le bouc émissaire des crises ou autres cracks, la bienveillance est de mise et la France n’est pas dégradée, juste mis sous l’énième « surveillance » (avec perspective négative) avec jugement reporté !! frown… enfin, et cela aurait pu ou dû être le market mover principal dans une époque « normale », les autorités chinoises ont reconnu (à demi-mot) que l'objectif de 7,5% de croissance pour 2014 ne sera sans doute pas atteint ! la banque centrale a aussitôt injecté 81 Mds $ dans les principales banques commerciales pour relancer l'investissement, notamment dans l’immobilier, mais la réalité est qu’il y a déjà une surcapacité qui ne peut plus être absorbée par la demande interne ! la messe est-elle dite là-bas aussi ?! … quoiqu’il en soit, la semaine devait se terminer de la meilleure des façons en Europe et ailleurs … vous vouliez des records, vous en auriez … surtout ailleurs qu’en Europe ! … ainsi, le CAC ouvrait largement dans le vert ce vendredi, s’approchant des 4.500 pts qui ne devaient être qu’une formalité en ce jour de sorcières … mais l’effet sorcière, à l’évidence, jouait contre, et l’effet écossais lui s’estompait, le tout précipitant les indices européens vers le bas, surtout Paris qui payait sans doute, outre la possible dégradation en fin de journée, l’addition d‘une conférence de presse de F.H faisant peine à voir et à entendre sur les objectifs économiques du pays … au final, le CAC 40 clôturera à -0,08% … scénario assez proche pour le DAX qui terminera à +0,01% … à Wall Street, les traders avaient de quoi s’occuper entre Alibaba qui monopolisait l’attention et pour quelques uns qui ont conservé les pieds sur terre, les interrogations sur les nouveaux records de Wall Street (S&P500 à 2.019 pts, Dow à 17.350 pts) face aux résultats d’entreprises, plusieurs sociétés ayant averti ces derniers jours de profits et/ou C.A inférieurs aux prévisions (dernier en date, Oracle) … le Dow a ainsi clôturé hier à +0,08%, le S&P500 à -0,05%, le Nasdaq Composite terminant lui à -0,30%.

  • A noter dans les news politico-économiques que la Hongrie pense à renationaliser toutes les utilities du pays. En effet, soutenu par sa majorité, le 1er ministre hongrois, Viktor Orban, voudrait garantir un accès moins onéreux pour les citoyens aux services publics tel l’électricité, l’eau ou le gaz … pour cela, le gouvernement est prêt à nationaliser toutes les compagnies des secteurs concernés …
     
  • Concernant la situation géopolitique, les parlementaires américains ont donné leur feu vert au plan de soutien des rebelles syriens afin de les aider à combattre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), qui gagnent du terrain dans le nord de la Syrie. Outre cette aide, les Etats-Unis ont affirmé être prêts à mener des raids aériens pour viser les "sanctuaires" de l'EI en Syrie, ainsi que "ses centres de commandement, ses capacités logistiques et ses infrastructures" … … sur le « front européen », l’Ukraine accuse Moscou d’avoir « amassé » 4.000 soldats « prêts à intervenir » à la frontière entre la Crimée et l’Ukraine. Ces mouvements de troupes avaient été annoncés il y a quelques jours par le ministre de la défense de la Fédération de Russie, Sergej Shoigu, comme étant la conséquence du changement de la situation politico-militaire dans l’axe stratégique sud-est après l’intégration de la Crimée dans la Russie. C’est également une réponse aux récents nouveaux déploiements de troupes de l’OTAN aux frontières de la Fédération …
     
  • Sur le forex, rebond de la GBP après la victoire du NO lors du référendum écossais, rebond qui pourrait se poursuivre ces prochains jours, notamment face à l’euro (0,78) avec en ligne de mire MT 0,70 pour l’EUR/GBP considérant la perspective de relèvement des taux clairement annoncée par la BOE pour début 2015 … concernant la paire eur/usd, le trend reste nettement baissier pour l’euro, avec la fin du QE de la FED et le soutien des bons indicateurs macro-économiques US (au contraire de la zone euro !) … l’objectif pourrait être ici d‘une paire eur/usd venant flirter avec les plus bas de 2013 vers 1,27/1,2750 dans les tous prochains jours … l’eur/usd s’échange ce matin à 1,2860.
     
  • Coté marché obligataire, alors que la nouvelle tranche de TLTRO lancée par la BCE à l’adresse des banques a surtout profité aux banques des pays périphériques (sur les 82,6 Mds, 23 Mds soit 28% sont allés aux seules banques italiennes), on pouvait sentir un certain soulagement pour l’issue du référendum écossais, bien que la possible dégradation de la note de la France ait de nouveau pointé les phares sur les difficultés de la zone euro, alimentant les craintes sur les économies les plus faibles et/ou nécessiteuses de réformes structurelles … en tout cas, ce vendredi, l’argent coulait à flot et l’OAT français en a aussi profité (au moins jusqu’à la clôture des échanges parisiens), affichant un rendement en baisse à 1,39% avec un spread sur le Bund de 34,52 (-3,94%). Le rendement du BTP 10Y italien s’affichait lui relativement stable en fin de journée à 2,38% avec un spread sur le Bund de 133,08 (+0,54%), relative stabilité que l’on retrouvait pour les Bonos espagnols qui baissaient eux un chouilla à 2,20% avec un spread sur le Bund de 115,45 (-1,00%) … de l’autre coté de l’Atlantique, les treasuries US s’inscrivaient en forte hausse sur des prises de bénéfices après les annonces de la FED, le rendement des T-Bonds 10 YR revenant à 2,5870%.
     
  • Concernant les commodities, la reprise de la hausse du $ suite aux perspectives « lointaines » du resserrement de la politique monétaire CT par la FED mais surtout celles d’une remontée plus rapide des taux long dés mi-2015, continue de pousser les métaux précieux et l’or en particulier vers le bas, menaçant l’important support des 1.200/1.180$ (plus bas 1.216$ touché jeudi soir) … une cassure des 1.180/1.150$ pourrait enclencher une baisse supplémentaire en direction des 1.000$, mouvement aidé par la faiblesse des volumes (à NY, les positions ouvertes sur futures et options sont au minimum depuis 2009) … l’once s’échange autour des 1.226 $ ce matin.
     
  • Sur le marché du pétrole, après « l’anticipation » du secrétaire général de l’OPEP d’une baisse de la production de 500.000 barils/jour en 2015 qui avait favorisé le rebond (surtout du Brent) la semaine dernière, le « démenti » de plusieurs membres OPEP qui parlent eux d’une simple « hypothèse » et la nette hausse du $ suite à la décision de la FED de ne pas relever les taux à brève échéance, le baril de Brent a légèrement consolidé, se maintenant toutefois à proximité des 99$, le WTI baissant sensiblement aussi sur l’énième rapport sur le shale oil (ils en ont tellement qu’il savent plus quoi en faire ! ) … ce matin, le brut léger WTI s’échange autour des 91,50$ le baril, alors que le Brent se négocie lui à 98,15$.
     
  • En Asie, le ralentissement chinois pourrait commencer à inquiéter la région mais en attendant, certains essayent d'enrayer la chute annoncée ... ainsi, la ville de Nanjing, dans l'est de la Chine, a aboli à son tour les règles restreignant la propriété individuelle de biens immobiliers. Le dispositif en vigueur jusque là fixait un nombre maximum d'appartements qu'un individu peut posséder. Nanjing, dans la province du Jiangsu, est la 40e des 46 entités régionales chinoises ayant imposé des règles de ce genre à les abolir. L'objectif de cette déréglementation est de favoriser le marché de l'immobilier au moment où le secteur montre des signes de ralentissement dont pourrait pâtir l'ensemble de l'économie chinoise ... entre ces éléments "locaux" et le fixing mitigé à Wally, Tokyo réagit à la baisse, le Nikkei s’inscrivant pour finir ce matin à -0,71%.
     
  • Dans les news corporate, tous les regards étaient tournés vendredi vers les 1ères transactions (cours d‘introduction fixé au maxi à 68$) pour Alibaba à Wall Street … fait insolite pour l’IPO du colosse du e-commerce chinois, un accord excluait tout lockup ce qui signifie qu’aucun des investisseurs historiques, qui représentent environ 8 Mds $ (1/3 du placement), n’était tenu de conserver ses actions pour une durée minimum … résultat, une ondée de vente vendredi avec un impact non négligeable sur la variation du titre lors de ce 1er jour de cotation (open à 92,7$ plus haut à 99,7$ clôture à 93,1$ soit +37%)
     
  • Dans le calendrier du jour, pas grand chose en ce lundi, à l’exception des commandes et des ventes industrielles en Italie, des ventes de maisons existantes aux USA et de la confiance des consommateurs en Europe.

Avertissement

Cette analyse est diffusée à titre purement informatif et éducatif et ne constitue en aucune façon un document de sollicitation en vue de l'achat ou de la vente des instruments financiers émis par la société objet de l'étude. L'investissement et le trading sont des activités présentant des risques financiers. Tout investisseur doit donc se faire son propre jugement quant à la pertinence d'un investissement dans une quelconque valeur mobilière émise par la société mentionnée dans cette analyse, en tenant compte des mérites et des risques qui y sont associés, de sa propre stratégie d'investissement et de sa situation légale, fiscale et financière.

Analyses similaires