Misez sur le tracteur

Ces dernières années je vous ai livré, à plusieurs occasions, mon sentiment sur l'avenir du pétrole en vous donnant les diverses raisons qui font que ce mouvement sera irréversible quand bien même il sera accompagné d'une forte volatilité. Les premières fois où je vous en ai parlé le prix du baril de brut léger était autour de 50$ soit 38€. Aujourd'hui le baril de WTI frôle les 100$ (un journaliste dirait la barre des 100 $) soit un peu au dessus de 71€.
Techniquement l'objectif court-terme se situe un peu plus haut. À plus long terme nul ne sait où il se situe, mais c'est incontestablement, et fondamentalement, très au nord.
Fig1.

Les mouvements de prix de LA matière première incontournable de notre société moderne sont déterminants de la direction que prendra notre santé économique. Il ne faut pas oublier que le facteur déclenchant de la crise immobilière de 2007 aux États-Unis n'est rien d'autre que la hausse du prix de l'énergie. Cette hausse en entrainant une hausse des charges des ménages a initié le retournement des prix de l'immobilier dévoilant du même coup la belle arnaque des prêts subprime construite sur la seule hypothèse d'une croissance ininterrompue des prix de l'immobilier.

Le pétrole est très majoritairement utilisé pour le transport mais a d'autres usages où il est aujourd'hui incontournable. Quand bien même la hausse actuelle des céréales n'est pas dûe uniquement à la hausse du prix de l'énergie, le pétrole contribue néanmoins pour une large part dans cette hausse : par l'usage des engrais et des produits chimiques nécessaires à l'agriculture et qui sont dérivés ou réalisés grâce aux produits pétroliers, par le coût du transport appliqué à l'acheminement des céréales ou par le coût de transformation de celles-ci. La démographie étant ce qu'elle est (voir mes lointains commentaires sur ce sujet), la demande de produits alimentaires et en particulier de produits de base à base de céréales ne devrait pas baisser. Parallèlement au prix des produits pétroliers, les prix des produits agricoles devraient connaître une hausse longue et continue, mais comme pour le pétrole, certainement pas en ligne droite.
Fig2.


À l'occasion de chaque ruée vers l'or (Australie, Afrique du Sud, États-Unis ...) ceux qui ont fait les plus beaux profits, ne sont pas les pauvres bougres qui se sont échinés à extraire le métal mais ceux qui leur ont vendu des pioches.

Fort de cette observation je vous livre quelques pistes de réflexions sur un secteur qui me paraît plein de promesse pour qui veut investir à long terme et avec un niveau de risque raisonnable : celui-ci des équipements agricoles, tracteurs, machines en tout genre ...

Les besoins de production étant immenses la recherche de productivité et la hausse des prix conduiront tous les pays producteurs, rejoints par les pays émergents, à investir massivement dans des matériels adaptés. Le tracteur Fiat NH2 fonctionnant avec une pile à combustible (hydrogène/ électricité) est un exemple de ce que la technologie pourrait offrir pour faire diminuer les coûts de production dans un environnement où le prix du pétrole explose.
Si j'en crois Wikipedia, là où la France aligne 1,2 million de tracteurs, l'Inde en aligne 1,5 million, la Chine moins d'un million et le Brésil tout juste 800 000. Les besoins à satisfaire sont donc immenses. On peut se passer du dernier Ipad (si, si ...), on ne pourra pas, sans conséquence, se passer de se nourrir.
http://www.pro-at.com/ref.php?uri=http%3A%2F%2Ffr.wikipedia.org%2Fwiki%2...

Pour accompagner ce mouvement faites votre choix parmi les ténors. N'étant pas un spécialiste de ce secteur et n'ayant pas de temps à consacrer à une étude plus approfondie, j'attends des membres de Pro-AT qui exercent le beau métier d'agriculteur (j'en connais plusieurs dont au moins un près d'Angers) de bien vouloir compléter ou commenter ma liste sommaire des entreprises en pointe sur ce secteur d'activité. Celles-ci pourraient devenir des opportunités en or si la valorisation globale des marchés revenait à un niveau raisonnable (prendre la valorisation du S&P500 comme thermomètre et relire mes commentaires sur l'utilisation du PER).

John Deere (DE) Chiffre d'affaires 2010 : 26 Md$
Fig3.


CNH Global (regroupe FiatAgri, Ford Tractor, Case et New Holland) détenu par Fiat à 89% (Fiat a annoncé son désengagement de ce secteur industriel prochainement).Chiffre d'affaires 2010 :11,5 Md$
Fig4.


AGCO Corp (Massey-Ferguson, Valtra, Challenger et Fendt) Chiffre d'affaires 2010 : 8 Md$
Fig5.


Kubota (KUB) Chiffre d'affaires 2010 : 11 Md$
Fig6.

 

Bonne semaine à toutes et à tous

 

PS:  Si vous voulez avoir une petite idée de l'impact du pétrole sur le PIB Reuters utilisez cette simulation développée par Reuters:

Oil Price and GDP calculator

 

Avertissement

Cette analyse est diffusée à titre purement informatif et éducatif et ne constitue en aucune façon un document de sollicitation en vue de l'achat ou de la vente des instruments financiers émis par la société objet de l'étude. L'investissement et le trading sont des activités présentant des risques financiers. Tout investisseur doit donc se faire son propre jugement quant à la pertinence d'un investissement dans une quelconque valeur mobilière émise par la société mentionnée dans cette analyse, en tenant compte des mérites et des risques qui y sont associés, de sa propre stratégie d'investissement et de sa situation légale, fiscale et financière.

Analyses similaires