Rassuré : jusque quand ?

Bonsoir,

Il ne me semble pas inutile aujourd’hui de souligner une nouvelle fois l’importance du facteur psychologique dans la formation des prix. Il s’agit d’un rappel d’autant plus d’actualité que les opérateurs ont exprimés une vive inquiétude la semaine dernière et qu’ils ont donné l’impression d’être rassurés lundi.

Nous le savons tous, la maitrise de ses émotions constitue pour un trader une large part de sa capacité à gagner de l’argent et ce n’est peut être pas un hasard si Bernard a choisi le pseudo « Zenitud ».car au final, être capable de rester « zen » constitue la clé du succès.

La Psychologie de l'investisseur et le sentiment de marché, ce sera justement l’objet de la toute première conférence de notre Université le 22 mai prochain. Une conférence qui constituera donc une aide précieuse pour qui souhaite apprendre à identifier son profil afin d’être en mesure de profiter de ses forces, tout en sachant gérer ses faiblesses.
Dans ma dernière analyse (sur Invest-AT ici) j’indiquais la chose suivante à mes lecteurs :

« Quoi qu’il en soit, sans une action forte ce WE, le CAC 40 a toutes les chances de voire les 3 000 points la semaine prochaine »

La force de l’action vous la connaissez (700 milliards d’Euros) et la réaction vous l’avez également vécue lundi grâce à l’analyse d’Eric qui vous a permis d’attendre des niveaux précis un fois les premiers échanges constatés.
Ci-dessus, je parle de psychologie et comme vous le savez, la PEUR (et l’incertitude) alimentent la baisse alors qu’à l’inverse lorsque l’on est rassuré, on a tendance à reprendre confiance et c’est plutôt la hausse qui est constaté. La mesure de cette peur est idéalement fournie par une lecture du VIX (pour le S&P 500) ou du VCAC (pour le CAC).

En l’état actuel des choses et avec les données qui sont disponibles, j’aurais tendance à dire que nous venons d’assister à une alerte des plus sérieuses et face à la réponse qui y a été apportée, il y a tout lieu d’émettre une réserve quand à l’issue de la crise qui ne fait désormais plus beaucoup de doute.
A plus court terme, il y a le trading et en ce qui le concerne, il n’est pas inutile de rappeler l’hypothèse daily déjà évoquée dans ma précédente analyse ici.

Avec désormais un CAC 40 qui a repassé les 3550, il est impossible de continuer à défendre le scénario du double top et l’objectif des 3000 points, mais il est peut être trop tôt pour considérer que l’ABC de consolidation est terminé et pour s’en rendre compte, un coup d’œil à un zoom en UT 4 heures s’impose.

Comme ce graphique en UT 4 heures vous le rappelle, un mouvement de correction au sein d’un canal haussier a donné naissance à une tendance baissière lorsque les cours l’on quitté au point 1 et c’est quand nous avons connu une accélération à la baisse au point 2 que l’on est venu chercher la ligne de cou de l’ex ETE long terme avant de rebondir et de désormais hésiter dans une zone qui a déjà permis dans le passé au CAC 40 de mettre en place une tendance haussière.
En ce qui concerne l’évolution du marché pour sa prochaine séance, c’est face à sa capacité à se maintenir au sein de sa dynamique haussière CT que nous allons être en mesure de privilégier ou non une poursuite du rebond pour envisager éventuellement une reprise de la tendance haussière MT.

CONCLUSION

Face à une telle agitation : variation du type +/-10%, il est nécessaire d’attendre une confirmation d’un retour au calme (VIX 50%.
Il est toutefois possible de considérer que les 3550 points devront servir de support pour envisager une poursuite du rebond alors qu’un retour sous ce niveau apportera la preuve que le marché ne considère pas les mesures annoncées crédibles pour résoudre la crise.

Avertissement

Cette analyse est diffusée à titre purement informatif et éducatif et ne constitue en aucune façon un document de sollicitation en vue de l'achat ou de la vente des instruments financiers émis par la société objet de l'étude. L'investissement et le trading sont des activités présentant des risques financiers. Tout investisseur doit donc se faire son propre jugement quant à la pertinence d'un investissement dans une quelconque valeur mobilière émise par la société mentionnée dans cette analyse, en tenant compte des mérites et des risques qui y sont associés, de sa propre stratégie d'investissement et de sa situation légale, fiscale et financière.

Analyses similaires