Bonjour à toutes et à tous,

En attendant de vous retrouver au Salon de l’Analyse Technique Vendredi 16 Mars prochain faisons le point sur la paire AUD/USD.

Paire de carry-trade historique, le dollar australien face à sa contrepartie américaine fut un couple rémunérateur jadis lorsque la période était aux différentiels de taux directeurs élevés. Aujourd’hui les temps ont changé et l’ambiance du côté des banques centrales est davantage aux taux bas, si bas même qu’ils flirtèrent parfois avec le néant du côté de la FED de fin 2008 à fin 2015. Désormais, et ce depuis un peu plus de 2 ans, partant de 0,25 % le taux américain a entamé une remontée progressive, lente mais maitrisée, pour atteindre 1,5 % actuellement. Dans le même temps le taux australien a perdu un point passant de 2,5 % à 1,5 %. Le dollar qu’il soit australien ou américain est donc rémunéré à 1,5 % indiquant que nous sommes maintenant sur un point d’équilibre quant à la rémunération entre ces deux monnaies. Le carry-trade n’ayant plus lieu d’être, à défaut de travailler un delta de taux immédiat il ne reste que les prospectives à moyen et long terme pour intéresser les cambistes cross-pacific.

Et les guidelines de la réserve fédérale penchent effectivement pour une poursuite de la hausse des taux côté USD, le consensus du marché s’attend même à ce que Jerome Powell procède à la prochaine hausse, sa première en ce qui le concerne, lors du prochain comité le 21 Mars, confirmant ainsi un rythme moyen de 3 mois entre deux hausses donnant ainsi les fameuses 4 hausses qu’avait compris et retenu le marché lors du comité du mois précédent.

Mais il ne s’agit là que de paroles permettant à la FED de faire monter les attentes des opérateurs afin de mieux les décevoir ensuite en cours d’année si d’aventure le dollar américain venait à s’apprécier un peu trop rapidement. En effet cela pourrait mettre à mal la guerre commerciale que le président américain a récemment remis sur le devant de la scène, car dans l’arsenal permettant de mener à bien une telle bataille il est nécessaire de conserver, voire d’amplifier la faiblesse de sa devise domestique vis-à-vis du reste du monde, et c’est exactement ce que souhaitent les autorités américaines.

Ainsi depuis un peu plus de 2 ans, non seulement le taux directeur américain a entamé une remontée progressive, lente mais maitrisée, pour atteindre 1,5% et ce couplé à une baisse de la rémunération du dollar australien, mais dans le même temps le taux de change de la paire AUD/USD a également progressé passant d’une cotation sous les 0,70 à plus de 0,80 indiquant un affaiblissement de l’USD, ce qui va tout simplement à l’encontre de la théorie académique qui prône l’inverse dans un tel cas. La remontée des taux américains est donc infiniment mieux maitrisée que ne pouvaient le laisser entendre parfois les balbutiements de Janet Yellen il y a encore peu.

C'est donc dans un canal haussier weekly de long terme qu'évolue désormais l'Aussie, avec en borne basse technique 0,76 à ce jour et par projection bientôt 0,77, ainsi qu'en borne haute immédiate 0,83 et par projection 0,84. Les cours AUD/USD évoluent autour des 0,78 / 0,79 soit dans la partie inférieure du canal et le dernier point bas à 0,75 de Décembre 2017 semble vouloir laisser place à un nouveau point bas autour des 0,77 même si 0,76 reste encore possible en cas de poussée baissière ultime. Tout stop d'invalidation sera donc à placer au mois sous les 0,76.

2018-03-12 - AUDUSD weekly
  • Si vous ne visualisez pas le graphique de l'AUD/USD


Le stochastique lent croise proprement pour une prochaine phase de hausse tandis que le RSI et le MACD sont à ce stade plutôt neutres. Les indices techniques baignés dans un contexte fondamental favorable, bien que non-orthodoxe, penchent donc pour une appréciation de la devise australienne face à sa contrepartie américaine dans les semaines à venir, nous emmenant probablement au moins vers les 0,81 en premier objectif, voire les 0,83 ambitieux à travailler avec un second panier de lots.

Bons trades et à Vendredi à l'Espace Champerret...

Benoit Fernandez-Riou

Benoit Fernandez-Riou