D'abord le président de la BCE, Mario Draghi, puis hier le président de la Réserve fédérale américaine, Jérôme Powell. La Fed a maintenu ses espoirs de baisse des taux d'intérêt sur les marchés. De facto, les traders s'attendent maintenant à ce que la Fed réduise ses taux de 25 points de base le 30/31 juillet.


Cela n'a que brièvement stimulé les marchés boursiers. Le Dow Jones a fait un bref bond en réaction à l'actualité. Cependant, même à sa troisième tentative, il n'a pas réussi à dépasser les 27 000 points. Ce niveau s'avère donc être une résistance assez persistante.


L'indice boursier allemand est encore plus à la traîne que le Dow Jones. De notre point de vue, le DAX indique donc une direction un peu plus claire pour l'été. Nous attribuons le manque de force du DAX aux actualités plutôt mitigées des entreprises. Après tout, il ne se passe pas un jour sans qu'une grande entreprise ne publie un avertissement sur bénéfice. Cela a commencé avec BASF, suivi du fabricant de lignes d'embouteillage de boissons Krones, puis de Südzucker. Pour le constructeur de machines Deutz, Berenberg prévoit une année 2020 difficile.


Les avertissements sur bénéfices confirment que l'économie a pour l'instant atteint son sommet cyclique. Et la performance des actions concernées montre à quel point les investisseurs sont sensibles aux prix en forte hausse. Krones avait déjà perdu un énorme 10% à l'ouverture et a immédiatement chuté de 10% supplémentaires. Deutz a dû digérer une perte de prix de 15% en une journée.
Ces krachs d'actions individuelles montrent à quel point la chute fondamentale est importante. Même les indices en forte hausse ont cette hauteur de chute. Toutefois, la perspective d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt continue d'alimenter l'ensemble des marchés. Cependant, cela ne suffit pas à lui seul à faire grimper les prix de façon permanente et ne fera pas non plus grimper les actions à de nouveaux sommets. Il faudrait pour cela des évolutions fondamentales qui pourraient génèrer une nouvelle dynamique de bénéfices et ainsi stimuler l’imagination des investisseurs.


Il sera intéressant de voir ce que va faire la Fed. D'une part, elle maintient l’espoir d‘une baisse des taux d'intérêt. D'autre part, les dernières données américaines sur le marché du travail étaient plutôt bonnes et indiquent plutôt une économie solide. Si cela se confirme, ce serait fondamentalement bon pour les actions. Toutefois, cela irait également à l'encontre d'une baisse des taux d'intérêt. Il y a donc aussi un risque de déception. En effet, le moteur des baisses de taux d'intérêt a eu jusqu'à présent un impact beaucoup plus important que le développement fondamental de l'économie.


Les marchés boursiers semblent s'en douter. Les actions ont de la difficulté à se rapprocher de leurs sommets annuels et l‘élan ralentit sensiblement. Le Dow devrait rapidement dépasser les 27 000 points. La voie est libre jusqu'à 30 000. Le DAX doit d'abord parvenir à dépasser les 12 700 points.


Conclusion : Nous nous attendons à une accalmie estivale. Les marchés boursiers sont épuisés sur le court terme. Le Dow Jones pourrait descendre à 25 800 points, le DAX à 11 700 points, sans que la tendance à la hausse soit menacée. Ce n'est que dans ces régions que nous entrerons de nouveau à l‘achat.

Source : Stefan Ziermann, Fuchs Capital