Bonjour à toutes et à tous,

Jamais autant de milliards n’auront été engagés en si peu de temps par les diverses autorités à travers le monde.

L’emballement qui a eut lieu ces deux dernières semaines sur les marchés accélère considérablement les mouvements de nos courbes, comme si plusieurs mois de cotations étaient concentrés en quelques séances. Ainsi après avoir cassé les 1,1250 par le haut, l’Euro-Dollar a imprimé franchement les 1,14 sans attendre, et ce allant même jusqu’à pousser brièvement vers 1,15 comme nouveau paradigme imposé par l’emballement mondial de la peur liée au coronavirus.

EURUSD

Nano


Cette forte et rapide dépréciation du billet vert fut ensuite, tout aussi fortement et rapidement, contrée par un besoin immense de liquidités à la fois sur le marché domestique et à l’international. Sur le marché domestique par exemple fin de semaine dernière 700 milliards de Dollars furent allouées par la Réserve Fédérale américaine pour permettre aux fonds des opérations de prêts court-terme contre du collatéral de première qualité, essentiellement des bons du trésor et des obligations high-grade, puis pour cette seule semaine trois plans d’urgences furent également annoncés en seulement deux jours permettant désormais d’inonder de liquidités le marché interbancaire américain à un niveau jamais vu de 1 000 milliards de Dollars en rollover sur le Repo pour les opérations overnight.
A l’international de nombreux pays à travers le monde tentent en parallèle d’accéder aux liquidités libellées en Dollars américains. Cette demande croissante, massive et inhabituelle, a permis d’apprécier de nouveau la devise américaine. En point d’orgue la FED, en coordination avec d’autres banques centrales, a annoncé hier une série d’accords allant dans ce sens via des prêts temporaires sous forme de swaps de devises à maturité 6 mois.
Tout cela s’inscrit désormais dans un contexte de taux nuls car en parallèle la banque centrale américaine a également coupé de 150 points de base, en deux fois et hors du calendrier habituel, le taux directeur du Dollar américain. Avec tous ces engagements le bilan de la FED affiche un nouveau record historique cette semaine à 4 700 milliards de Dollars. Et cela pourrait aller bien plus loin, car au-delà du notionnel c’est également un déblocage immédiat de 50 milliards pour accélérer la recherche médicale sur le Covid-19 ainsi qu’un plan massif de soutient à l’économie américaine, à l’origine de 850 milliards de Dollars, mais dont le montant ne cesse d’enfler, on parle désormais de 1 000 milliards dont une partie serait directement injectée sous forme d’helicopter-money distribuant le mois prochain sur le compte bancaire de chaque famille américaine la somme de 1 000 USD par adulte et 500 USD par enfant, soit 3 000 USD pour une famille type composée de deux parents et deux enfants.

helicopter money

Quant au vieux continent, fidèle à ses habitudes, l’imagination est moins prononcée et l’inertie plus grande, ce qui permet au cahot de prendre plus rapidement le dessus. Chaque pays agit en ordre dispersé sur des plans de relances nationaux égoïstes aux contours encore flous, ainsi que des enveloppes d’engagement ne garantissant que les nouveaux prêts des entreprises, tandis que de son côté la BCE n’agit pas, ou si peu... seul un programme d’achat d’urgence pandémique de 750 milliards d’Euros a été annoncé, dans lequel les nouvelles émissions d’obligations d’Etats notamment de la Grèce sont éligibles, ainsi que les dettes court-termes des entreprises. Mais sans réelle conviction puisque les taux directeurs sont restés inchangés à ce jour et surtout, dixit Christine Lagarde, la BCE n’a pas vocation à agir sur les écarts de spread intra zone Euro, ouvrant ainsi la voie à la spéculation que tout sérieux prédateur pourrait éventuellement mettre sur pied dans les semaines à venir.

La demande massive en monnaie américaine, rassurante en ces temps troublés, couplée à la déception et aux craintes qui pèsent désormais sur la monnaie européenne, ont renvoyé la paire Euro-Dollar de 1,15 directement vers 1,07 soient 800 pips en quasi-ligne droite sur seulement 8 séances ! Dans ce contexte fondamentale extrême l’analyse technique n’a que peu de prise sur des cours qui s’affolent. Et même si un support semble agir aujourd’hui sur 1,0650 il reste très difficile dans ces conditions d’extrême volatilité de borner avec précision le terrain d’évolution de notre paire.

La logique voudrait que la présidente de la BCE se ressaisisse en parlant moins et en agissant plus, que l’Union Européenne retrouve de la grandeur en annonçant enfin des mesures sonnantes et trébuchantes à la hauteur du continent et des enjeux économiques qu’il va falloir relever dans les mois à venir, et que dans le même temps les courbes actuellement exponentielles des nouveaux cas de contamination s’infléchissent pour se transformer en asymptotes. Un tel scénario permettrait alors à l’Euro de se reprendre pour revenir durablement au-delà des 1,10. Mais tant que ce scénario n’a pas de matérialité l’Euro restera victime de ses incertitudes restant déprécié face à la puissance d’attrait du Dollar.

Bons trades.

Benoit Fernandez-Riou