Les gigantesques programmes d'achat des banques centrales sous la forme de la Banque d'Angleterre, de la Banque du Japon, de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale, dont l'actif cumulé total s'élève à près de 20 billions de dollars américains, ont inondés les marchés boursiers, et notamment l'indice technologique Nasdaq 100 qui continue d'atteindre de nouveaux records . Doit-on encore en attendre de nouveaux ?

En débordant son plus haut du 10 juin à 10 155 points, le Nasdaq 100 marque une nouvelle accélération à la hausse. L'état graphique et technique de l'indice technologique donne l’impression que „les arbres montent jusqu’au ciel“

Avec la crainte d'une deuxième vague de Covid-19, une „mini-panique“ a vu les cours brutalement interrompre leur envolée. En conséquence, le Nasdaq 100 a atteint son plus bas niveau intermédiaire à 9 489 points le 15 juin.

À court terme, il y a sans aucun doute un potentiel de hausse supplémentaire si l’inversion de polarité des 10155 n’est pas remise en cause. Toutefois, des prix beaucoup plus élevés qu’actuellement est peu probable, d'autant plus que la Réserve fédérale a ralenti son rythme d'achat d'obligations ces derniers jours, ce qui supprime un soutien important pour le marché boursier, au moins à court terme.

Un scénario baissier pourrait survenir dès qu’un nouveau signal apparaît. Une clôture sous le creux de la bougie de la veille correspondrait alors à un signal baissier potentiel. Pour uns top-loss juste au-dessus de 10 750 points. L’objectif pourrait être de 9 500 points.

Graphique de l'US Tech 100 en UT Jour avec NanoTrader

nasdaq

Nano
  • Pour participer à des formations en trading et à des webinaires gratuitement : CLIQUEZ-ICI