pattern

Le trading avec des configurations graphiques (patterns) peut offrir une opportunité à faible risque et très rentable. Les configurations récurrentes peuvent être facilement décrites et testées en termes de rentabilité. Aussi, le pattern présenté ici et qui évoque le drapeau autrichien pourrait bien réapprovisionner votre budget vacances. Cet article montre comment vous pouvez l'utiliser à votre avantage.

LA CONFIGURATION GRAPHIQUE

Les configurations graphiques sont généralement considérées comme des stratégies de trading très rentables. Nombreux professionnels du trading intègrent les informations obtenues de modèles graphiques dans leurs décisions de trading.

La figure graphique la plus connue est probablement le chandelier "marteau". Cette figure décrit le comportement du marché un jour donné et indique où et comment l'ouverture/haut/bas/bas/clôture est organisée sur l'échelle des prix. Cela permet d'anticiper le comportement qu’aura le marché le lendemain.

Un marteau est une journée dans une tendance baissière qui peut potentiellement mener à un renversement de tendance. La journée commence faiblement, de nouveaux creux se forment, mais ensuite le retournement de tendance se produit, le marché rattrape le terrain perdu et se rapproche de l'ouverture. Le chartiste ne se soucie pas de ce que ce retournement du marché a initié, la seule chose importante est que le marché s'est éloigné de son plus bas du jour et clôture là où il a ouvert. La figure 1 montre ce modèle de chandelier.

Figure 1 : Le chandelier Marteau.

La figure 1 vous montre deux occurrences de l'un des modèles de chandeliers les plus simples - le marteau. Le marché forme de nouveaux creux au cours de la journée, mais remonte ensuite et clôture à proximité de l'ouverture. Après le premier marteau, affiché en rouge, le marché ne forme pas de nouveau plus haut ni de nouveau plus bas. Le modèle n’est donc pas poursuivi. Le deuxième marteau illustre bien son fonctionnement. Le marché continue à monter le lendemain. Une position acheteur est prise au plus haut du marteau et c’est au plus bas du marteau que le stop loss initial est placé.

rouge blanc

Nano

Le raisonnement à suivre le lendemain d’un marteau est le suivant : si le marché parvient à monter davantage et à dépasser le plus haut de la journée précédente, alors c'est un signe haussier fort et une position longue peut être envisagée. Cependant, si le marché repart à la baisse et forme de nouveaux plus bas, alors le retournement de tendance n’aura pas lieu. Si vous êtes déjà long, vous devez fermer votre position au plus tard au bas du marteau.

Une configuration graphique n'est donc rien de plus qu'un bon moyen de déterminer des points d'entrée et de sortie précis. Une fois les stops définis, la taille de la position peut alors aussi être sélectionnée correctement, ce qui est essentiel pour réussir en trading.

ROUGE-BLANC-ROUGE

La configuration graphique Rouge-Blanc-Rouge est un modèle de chandeliers qui comprend un total de trois jours, c'est-à-dire qu'il ne décrit pas seulement le comportement du marché sur une journée, mais détermine également la séquence exacte de l'évolution du prix sur trois jours consécutifs. Le premier jour est un jour baissier, représenté sur le graphique par une bougie rouge. Cette journée négative est suivie d'une courte reprise et le deuxième jour le marché clôture au-dessus de son ouverture. Ce jour doit être le plus bas des trois jours. Le jour suivant est négatif. La correction de la veille est terminée, mais les ours ne sont pas assez forts pour pousser les prix en dessous du plus bas de la veille, le marché reste toute la journée au-dessus du plus bas de la bougie blanche, mais clôture plus bas que son ouverture. La figure 2 montre plusieurs exemples de cette configuration. Les deux graphiques supérieurs montrent l'indice DAX30, les deux graphiques inférieurs l'indice S&P500.

Figure 2 : configuration graphique Rouge-Blanc-Rouge.

La figure 2 montre l'évolution des prix dans les indices DAX30 et S&P500. Le pattern rouge-blanc-rouge se compose d'un total de trois jours. Le premier et le dernier jour clôturent en dessous du cours d’ouverture, le jour du milieu forme le plus bas du groupe de trois et clôture au-dessus du cours d'ouverture. Si le plus haut des deux derniers jours est dépassé, il faut s'attendre, après trois jours d'indécision, à un break-out haussier. En combinant une taille de position adéquate et un bon plan de sortie, cette configuration peut s’avérer payante.

rouge blanc 2

Nano

L'idée derrière cette tendance est que, comme le montre le graphique, après ces trois jours indécis et le creux d'aujourd'hui, un retournement est imminent. Le sujet de cet article est de savoir si cette configuration graphique est pertinente et comment elle peut être tradée.

L’ENTREE

La configuration est à présent définie, cependant, afin de pouvoir gagner de l'argent avec ce type de modèle, il reste à encore déterminer où exactement la position doit être prise, quelle est la taille de cette position et quand la clôturer, idéalement avec un profit intéressant. La configuration graphique en elle-même, et cela vaut pour tous les types de configurations graphiques, n'est pas une raison suffisante pour se précipiter et prendre une position. Le marché doit d'abord confirmer l'idée, il doit donc montrer qu'il suivra le modèle rouge, blanc et rouge avec le mouvement à la hausse attendu.

Ce n'est que lorsque le marché dépassera le plus haut des deux dernières bougies, c'est-à-dire lorsque les taureaux auront clairement repris la barre, que l’heure sera venue d'entrer sur le marché.

Si le marché monte au-dessus de ce point et forme ainsi un nouveau plus haut, c’est qu’il n’y a plus de pression à la vente. Après trois jours d'indécision, le marché semble avoir trouvé un consensus sur une direction et le creux de la bougie blanche de la configuration est confirmé comme Swing Low par le nouveau haut.

En pratique, vous pouvez réaliser cette entrée en envoyant un ordre d’achat stop valable pour le lendemain à votre courtier au plus haut des deux derniers jours. Toutefois, n'entrez sur le marché que si elle n'a pas déjà ouvert avec un écart au-dessus de la configuration.

TAILLE DE LA POSITION

Paracelse savait déjà que c’est le dosage qui fait du médicament un poison, et il en va de même pour les traders lorsqu’il faut déterminer la taille de la prochaine position.

Avant de penser au nombre d'actions à acheter, il convient de déterminer à partir de quand il faudra considérer que l’idée de trade s'avère être erronée et fermer la position pour stopper la perte. Il convient donc de définir le stop initial et fixer la perte en points maximale pour cette transaction.

Pour le point d'entrée, nous avons décidé de prendre une position dès que de nouveaux sommets se forment. Si le nouveau haut s'avère être un piège à taureau et que le marché tombe sous le bas de la bougie blanche, alors il est clair que le modèle n'a pas fonctionné et que la position doit être fermée. L'écart entre le plus haut des deux derniers jours (= point d'entrée) et le plus bas de la configuration (= sortie la plus défavorable) représente donc le risque qui est pris dans un trade avec cette configuration.

Afin de déterminer le nombre d'actions à acheter à partir de ces deux valeurs, faisons un rappel de la règle de money management qui dit qu’il ne faut jamais risquer plus d’un pourcent de votre compte par trade. Le nombre d'actions à acheter est donc déterminé par l'équation : Nombre d'actions = 0,01*compte de trading / (Niveau d'entrée - Niveau de sortie). La figure 3 illustre encore ce calcul.

rouge blanc 3

Nano

Figure 3 : Taille de la position.

L'image montre une entrée possible à l’achat au plus haut des deux dernières bougies de la configuration graphique. Le pire scénario pour le premier jour est celui où le marché atteint les hauts des jours précédents, puis redescend en dessous du plus bas de la configuration. Le bas de la configuration sert de stop pour les trades à l’achat. La taille de la position se calcule en fonction du risque du trade (28.60 - 28.04 = 0,56€) et de la taille du compte. Si vous voulez trader ce modèle avec un compte de 10 000€, par exemple, vous risquerez 1% de votre capital en tradant 10 000*1% / 0,56 = 180 actions.

Ceci garantit la protection de votre portefeuille même si vous enregistrez plusieurs pertes consécutives. D'autre part, la taille de la position est assez grande pour permettre la croissance du portefeuille en cas de profit.

SORTIE

Nous avons vu comment la configuration rouge-blanc-rouge est détectée, comment calculer la taille de la position, quand entrer sur le marché et où le stop initial doit être placé. Cela ne génère pas de profits, seul le risque est sous contrôle. L'étape suivante consiste à vous montrer comment limiter les pertes, gérer les profits et trader cette configuration avec succès.

L'entrée ne constitue généralement qu’une toute petite partie du succès d’un trade. C’est grâce à la sortie que le profit est réalisé et il est essentiel de déterminer celle-ci avec précision. Si vous testez vous-même l'approche présentée, vous verrez rapidement que vous pouvez également combiner cette stratégie de sortie avec d'autres configurations graphiques et points d’entrée.

Nous allons tout de suite étudier des configurations graphiques couronnées de succès, mais laissez-moi tout d’abord vous montrer quelques exemples, dans la figure 4, où ce modèle n'aurait pas fonctionné. Ces exemples sont beaucoup plus importants pour le développement d’une stratégie de sortie que ceux où le modèle a fonctionné comme prévu. Ils vous apprennent ce qui peut arriver et comment déterminer la méthode avec laquelle vous pouvez sortir de ces trades perdants avec le moins de dégâts possible.

Figure 4 : Quand cela ne fonctionne pas.

La figure 4 présente quatre exemples où la configuration graphique n'a pas été suivie du mouvement haussier attendu. Dans le sens des aiguilles d'une montre : Dans l'exemple 1, le marché n’a pu atteindre un plus haut que le lendemain de la configuration. Il a ensuite stagné à un niveau élevé. La figure 2 montre le cas où le marché a dépassé la configuration le premier jour, mais s'est ensuite retourné et est tombé sous le plus bas de la configuration. La figure 3 montre un cas similaire à la figure 1, où le marché hésite à monter. La figure 4 est similaire à la figure 2, après deux jours, le marché se retourne et repart à la baisse. Un plan de sortie intelligent permet de limiter les pertes dans de telles situations.

rouge blanc 4

Nano

Les cas dans lesquels le marché explose après l'occurrence de la configuration ne sont pas difficiles à trader (voir la figure 2). Mais que faire si le marché ne monte pas ? Faut-il attendre que le stop loss au plus bas de la configuration soit touché, ou bien admettre que, cette fois-ci, cela ne donnera rien, et sortir plus tôt en ne réalisant qu’une petite perte jusqu’à la prochaine opportunité ?

Nous avions déjà établit la première sortie, à savoir le stop initial au bas de la configuration. La prochaine sortie concerne le cas où le creux de la configuration est encore loin, mais où le marché n’entame pas non plus de hausse. Nous sommes donc piégés dans cette position. Pour éviter cela, la position est fermée à la clôture si elle n'est pas gagnante deux jours après l'entrée.

L'objectif est d'éliminer le risque lié au temps. Plus vous restez longtemps en position, plus le marché risque de se retourner contre vous. L’idée initiale est que le marché augmente fortement après l’occurrence de cette configuration. Si ce n'est pas le cas, il y a une erreur dans votre analyse et il est généralement préférable de mettre fin au trade et de réaliser de petites pertes que d'attendre et d'être exposé au danger d'une sortie au stop loss au bas de la configuration.

Avec ces deux sorties, et des tests sur un panier d'actions du Dow30 et du DAX30 le démontrent, vous réussissez au moins à survivre. La stratégie ne génère pas encore de gains, mais les pertes sont limitées. A présent, vous ne pouvez que faire mieux.

Avec la deuxième sortie, le risque est encore plus restreint et les cas où le marché ne poursuit pas sa hausse ont été traités. Mais avant de penser à prendre des profits, il faut envisager encore un autre risque.

Que se passe-t-il si le marché monte pendant quelques jours, mais se retourne ensuite et repart à la baisse ? La sortie n° 3 est prévue pour ce cas. Il devient actif à partir du troisième jour du trade et ferme la transaction lorsque le marché redescend au prix d'entrée. Rien n'est gagné, mais rien n'est perdu, et c'est déjà une petite victoire.

Avec ces trois sorties et une taille de position adéquate, vous maîtrisez votre risque autant que possible. A présent, voyons comment et quand réaliser des profits.

La première prise de bénéfices est un simple objectif. Le profit est automatiquement réalisé lorsque le trade a gagné trois fois le risque initial. Le risque initial étant la distance entre le bas de la bougie blanche et le haut des deux dernières bougies de la configuration (figure 3).

Vous pouvez également travailler avec un objectif plus modeste. Cela augmente le taux de succès sur les marchés latéraux, car l’objectif sera rapidement atteint grâce aux oscillations, mais empêche des gains plus importants dans des phases de tendance. Si vous avez déjà mis en place une stratégie de suivi de tendance, cela peut être une façon sensée de procéder, sinon je n’opterais pas pour un objectif inférieur au double du risque initial.

Si l'objectif n'est pas atteint dans les six jours environ, j'essaie de sortir au plus haut de la veille. Cela apporte généralement quelques points de profit supplémentaires par rapport à sortie temporelle. Il est également envisageable de ne pas attendre un nombre de jours fixe pour cette sortie, mais de cibler le plus haut de la veille si aucun nouveau plus haut n’a été atteint depuis un ou deux jours. La sortie au prix d'entrée reste toujours active dans le pire des cas. La figure 5 montre à quoi ressemblent ces sorties dans la pratique.

rouge blanc 5

Nano

Figure 5 : Sorties.

La figure 5 vous montre les différentes options pour sortir de la position. Dans le premier cas, la position est clôturée après quatre jours, au prix d'entrée. Ceci a empêché la sortie au plus bas de la configuration. L'exemple 2 montre le cas d’une sortie temporelle. Comme la position n'était pas en profit deux jours après l'entrée, elle a été fermée. L'exemple 3 montre à quel point un objectif de profit peut être utile. L'ouverture à un niveau élevé a été utilisée pour la sortie car elle représentait plus de trois fois le risque initial au-dessus du prix l'entrée. Dans l'exemple 4, la position est clôturée après six jours, au plus haut du jour précédent. La taille de la position a été choisie de manière à ce que le même risque soit pris pour chaque opération (voir la figure 3).

CONCLUSION

Dans cet article nous avons vu une configuration graphique qui se veut prometteuse et une technique pour la trader. Cette technique peut être appliquée de plusieurs façons et combinée avec d'autres configurations et points d’entrée. Les sorties présentées montrent combien il est important de maîtriser le plus rapidement possible le risque d'un trade. Vous devez être prudent et mettre fin à tous les trades qui n’évoluent pas comme prévu. Cela comprend non seulement les trades perdants, mais aussi les cas où le marché se déplace de manière latérale. Le temps représente également un risque et si le trade ne se développe pas comme prévu, il est généralement préférable de réaliser de petites pertes et d'attendre la prochaine occasion.

Après avoir lu cet article, pensez-vous vraiment que le drapeau autrichien puisse prédire le comportement du marché ? Ou est-ce plutôt le bon plan de sortie et une taille de position bien calculée qui sont responsables des profits ?

trader
Philipp Kahler

Philipp Kahler a fait des études d'électrotechnique et travaille dans l'industrie financière. Après avoir travaillé dans le trading pour compte propre pour Bankgesellschaft Berlin, il développe et gère à présent des portefeuilles pour des clients institutionnels.

Source : Traders' Mag