joe ross
Joe Ross est une légende du trading. Il est actif sur les marchés boursiers depuis - tenez-vous bien - 58 ans maintenant, et en a fait son gagne-pain. Avec son style de trading flexible, il a bravé tous les hauts et les bas des marchés, en utilisant une approche à faible risque qui génère des profits durables. Joe Ross est le créateur du célèbre "Ross Hook" et a écrit douze livres et d'innombrables articles et essais sur les opérations boursières. Ses livres sont tous devenus des classiques et ont été traduits dans de nombreuses langues. Il gère également un site web par lequel il enseigne ses méthodes de négociation et met ses connaissances à la disposition des traders. Dans cette interview, Joe Ross nous explique son approche des marchés et nous fait part de ses connaissances acquises au fil du temps et de ses nombreuses années de pratique en tant que trader.

M. Ross, nous ne pouvons que deviner l'immense richesse de l'expérience que vous avez accumulée au fil des ans. Mais commençons par la façon dont tout a commencé. Quand avez-vous entendu parler des marchés et du trading pour la première fois, et comment cela vous a-t-il captivé ?

Joe Ross : Quand j'avais 14 ans, il était encore courant que la mère reste à la maison et que le père aille travailler et rapporte l'argent à la maison. Cependant, il y avait des exceptions - par exemple, le père de mon meilleur ami était généralement à la maison durant la journée. À l'époque, je pensais qu'il devait avoir un problème de santé - qu'il était incapable de travailler. Mais mon ami et sa famille étaient tout sauf pauvres, vivant dans un quartier de classe moyenne supérieure et conduisant une nouvelle voiture. Je me souviens lui avoir demandé : "Ton père ne peut pas travailler ? Pourquoi est-il toujours à la maison ? Et sa réponse a été : "Non. Il va bien. Il travaille ici, et il travaille dans la pièce avec les portes vitrées". - "Oui, mais qu'est-ce qu'il y fait ?" - "Je ne sais pas. Mais tu peux lui demander toi-même". J'ai donc frappé à la porte vitrée et demandé : "Quel genre de travail faites-vous ?" Et en réponse, il a dit : "Si tu veux savoir, entre et je te montrerai. Le père de mon ami est alors allé dans un placard, a sorti un rouleau de papier et l'a étalé sur une table à dessin. Il a dit : "Je travaille avec ce graphique et d'autres images de ce genre." Mais tout ce que j'y ai reconnu, c'est un tas de choses qui ressemblaient à des traits, alors j'ai posé la question : "Vous êtes en train de dessiner des traits ? - "Non, ces tirets représentent des actions." - "Eh bien, qu'est-ce qu'une action ? Une action ressemble-t-elle à un tirets ?" Il m'a ensuite décrit ce qu'étaient les actions et m'a expliqué que les tirets représentaient le prix des actions d'une société. J’étais incroyablement fasciné par le fait qu'il ait pu gagner de l'argent avec ce qui s'est avéré être un graphiques en barres très simple.

À l'époque, mes parents travaillaient tous les deux... Chaque jour, ils devaient se battre dans le trafic de l'heure de pointe, qui était assez lourd. Le père de mon ami, en revanche, a pu mener une vie beaucoup plus confortable. Lorsque j'ai réalisé cela, j'ai immédiatement pris la décision d'apprendre à faire de même.
  • Pourriez-vous décrire les étapes les plus importantes de vos 58 ans de carrière en tant que trader et expliquer comment tout cela s'est développé ?
Joe Ross : Quand le père de mon ami a réalisé que j'avais un réel intérêt pour la bourse, il m'a emmené dans un bureau de la Bourse de la côte Pacifique où je me suis assis dans la galerie et j'ai regardé les gens négocier. Ce fut une expérience fascinante. J'ai investi dans ma première action et je l'ai gardée jusqu'à l'âge de 20 ans. En quelques jours, je faisais déjà une perte sur ces actions, mais j'ai conservé la transaction perdante jusqu'à ce que la société disparaisse finalement de la scène. Je suis reconnaissant de cette leçon : débarrassez-vous des actions qui vous font perdre de l'argent.

Je me suis ensuite engagé dans la marine américaine à 17 ans et j'ai servi jusqu'à mes 22 ans. Au cours de ces années, j'ai beaucoup lu sur les marchés, mais je n'ai jamais eu de réelle opportunité de négocier en bourse. Après mon service dans la marine, je suis allé rendre visite à mon grand-oncle. Il s'est avéré qu'il était négociant en matières premières et qu'il était toujours actif sur le marché boursier à l'âge de 76 ans. J'ai passé de nombreux mois avec lui et il m'a tout expliqué sur les marchés et leur fonctionnement. Il était très strict et mettait l'accent sur l'autodiscipline et la maîtrise de soi. Il a dit que je ne négocierai jamais en bourse comme lui et que je devais développer mon propre style. Il fallait absolument que je croie en moi et en mes actions - c'est ce qu'il m'a donné.

Après avoir passé du temps avec lui, je suis rentré chez moi pour commencer à étudier à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA). À l'époque, il n'existait pas de day trading, à moins de négocier directement en bourse. Je me suis donc engagé sur les marchés à terme en tant que négociateur de positions à long terme, avec une exposition occasionnelle au marché boursier. J'avais appris l’analyse technique classique auprès de mon grand-oncle, et le seul indicateur technique que j'utilisais était une moyenne mobile (MM). J'étais abonné au service de graphiques de Dunn and Hargitt, qui me fournissait une fois par semaine une série de graphiques que je devais mettre à jour quotidiennement en utilisant les prix figurant dans les journaux.

À l'époque, on ne pouvait vivre de la négociation de futures sur matières premières que si l'on avait aussi beaucoup d'argent, ce qui n'était pas mon cas. Si je me souviens bien, il y avait peu de marchés négociables suffisamment liquides : maïs, blé, soja, sucre, porcs, bétail, argent, mazout et essence. Les échanges étaient minces. Il n'y avait ni indices boursiers, ni marchés des changes, ni contrats à terme sur taux d'intérêt. Pour occuper le temps pendant la journée, j'ai traité avec diverses entreprises. Ce faisant, j'ai pu apprendre beaucoup de choses sur la vente au détail, l'import/export, les assurances, la programmation et l'analyse informatiques. J'ai inventé un distributeur de déodorant que nous avons fabriqué, vendu et pour lequel nous proposions l’entretien, et nous avons également possédé une entreprise chimique. Trois fois dans ma vie, j'ai vécu dans une ferme et j'ai beaucoup appris sur l'agriculture. Aujourd'hui encore, j'ai des liens étroits avec la terre et j'aime presque tout ce que la nature, et non l'homme, a créé.
  • Quand vous est-il devenu possible de travailler à plein temps comme trader?
Joe Ross : En 1980, trois choses se sont combinées qui m'ont permis de devenir day trader à plein temps. À l'époque, j'ai trouvé un fournisseur de données appelé "The Source" qui vous permettait de télécharger des données de fin de journée pour quelques dollars par mois. Comme je connaissais les ordinateurs, j'ai écrit un programme qui convertissait les données d'un format de tableur en un format de flux, et j'ai pu créer des graphiques en utilisant un programme appelé "Micro- force Market Detective". Mais j'avais besoin d'autre chose, et c'est la deuxième chose qui s'est produite en 1980. Epson a lancé à l'époque un PC capable d'éditer des graphiques. Cela a permis à tout utilisateur de compiler et d'imprimer ses propres graphiques à partir d'un flux de données alimentant le programme "Market Detective". La troisième chose qui s'est produite en 1980 est que la société "Commodity Quote Graphics" a trouvé un moyen d'utiliser l'ordinateur Epson pour créer des textes et des graphiques à partir d'un flux de données en direct. Ces trois éléments ont rendu possible le day trading. J'ai vendu mes parts de société et j'ai ensuite commencé à négocier sur les marchés en tant que day trader à plein temps au début de 1981.
Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		BanniereFR2_4.png  Affichages :	0  Taille :		34,2 Ko  ID : 			2031806

  • Comment faisiez-vous vos opérations en bourse à l'époque ?
Joe Ross : À cette époque, il existait déjà des marchés financiers à terme, des marchés des changes, le S&P 500 et des contrats à terme sur l'or. J'ai négocié des obligations, la livre sterling, le mark allemand, le yen japonais et le franc suisse, ainsi que l'or. Comme je savais déjà comment lire un graphique, je m'en sortais plutôt bien. Avec l'avènement du PC, je pouvais regarder tous les nombreux indicateurs qui venaient d'être inventés. Cependant, les indicateurs étaient une perte de temps pour moi, à moins de pouvoir les utiliser de manière non conventionnelle pour des choses très spécifiques. Par exemple, le Commodity Channel Index CCI a été créé pour servir d'indicateur de surachat/survente. Cependant, je l'ai utilisé pour rester dans une tendance de ce type pendant très longtemps. L'indicateur stochastique fonctionne de la même manière, mais je ne l'utilise que comme indicateur de momentum.
  • Comment avez-vous surmonté l'accident de 1987 ?
Joe Ross : En septembre 1987, j'ai souffert pendant une heure peu après mon réveil. Après ces 60 minutes de douleur, je me suis promené - sans le savoir - pendant dix jours avec une rupture de l'appendice. J'ai fait un péritonite qui était si massive qu'ils ne pensaient pas que je pourrais y survivre. Après trois mois d'hospitalisation, on m'a dit que les conséquences étaient si graves que je ne pourrais plus jamais marcher, et probablement plus jamais parler, puisqu’un tube respiratoire inséré dans mon larynx par une incision avait endommagé mes cordes vocales. Dans les deux cas, les médecins se sont trompés. J'étais donc à l'hôpital dans un coma artificiel lorsque l'accident de 1987 s'est produit. Je ne saurai donc jamais comment j'aurais pu m'en sortir si j'avais été exposé au marché à cette époque.

Lorsque je suis sorti de l'hôpital la veille de Noël 1987, je ne pouvais ni marcher ni parler. Chaque jour, je descendais les escaliers jusqu'à ma cave et j'essayais de négocier sur les marchés. Mais je souffrais tellement que je n’en étais pas capable. Chaque jour, je pensais que je ne vivrais peut-être pas assez longtemps pour voir le lendemain. À l'époque, ma femme m'a suggéré de mettre par écrit tout ce que je savais afin que mes enfants puissent en profiter - au cas où ils voudraient eux aussi se lancer dans les opérations boursières. Ce que j'ai écrit est ensuite devenu mon premier livre, « Trading by the Book ».
  • Qu'est-ce qui s'est passé ensuite ?
Joe Ross : Même si j'observais les marchés à longueur de journée, j'ai dû recourir à nouveau à la négociation de positions longues et au spread trading. La douleur était si forte que le day trading était trop pour moi, et cette condition a continué pendant 4 ou 5 ans. De 1988 à 1993, j'ai été physiquement incapable de faire du day trading. En même temps, cela m'a donné beaucoup de temps pour écrire et coacher d'autres traders. En général, je prenais trois jours par semaine pour encadrer les traders qui avaient lu Trading by the Book. Ensuite, j'étais tellement épuisé que restais cloué au lit les quatre jours suivants. À cause de la douleur, je devais me rendre aux urgences une à deux fois par semaine jusqu'à ce qu'un chirurgien finisse par en déterminer enfin la cause et l'élimine.

Mon livre a donné lieu à des demandes de formations privées. Au cours de ces formations, je me suis rendu compte que la plupart des personnes qui tentaient leur chance à la bourse n'avaient aucune idée du fonctionnement des marchés, et ne savaient absolument pas ce qu'elles faisaient. Lors d'un voyage en Californie pour former un médecin, j'ai été si étonné de ses lacunes, que je me suis mis à prendre des notes.

Je vais vous avouer quelque chose. En relisant la version finale de chacun de mes quatre premiers livres, j'ai découvert beaucoup de choses que je ne savais pas auparavant, même si elles se trouvaient dans mes livres. J'ai écrit chacun de ces livres sans avoir pris de notes au préalable. Les idées jaillissaient de ma tête directement dans les doigts qui tapaient le texte sur mon clavier.
  • Combien de fois au cours des années avez-vous changé votre approche des marchés et pourquoi ?
Joe Ross : C'est une question très intéressante parce qu'à un moment donné, j'ai arrêté de compter. Même si les graphiques sont aujourd'hui les mêmes qu'il y a des décennies, il a fallu constamment ajuster ma façon de gérer les transactions. Les marchés sont en évolution constante et ne restent jamais les mêmes. J'adapte donc constamment ma gestion aux conditions du marché. La seule constante qui me reste est l'autodiscipline et la maîtrise de soi que j'ai apprises au cours de mes premières années de trading. Cela m'a permis de rester cohérent dans mes échanges, et cette cohérence m'a permis de ne jamais perdre confiance en moi et en ce que je fais. Les innombrables heures passées à lire et à analyser des graphiques m'ont donné ce qu'un de mes amis appelle "le troisième œil". Il n'est pas rare que je change d'approche d'un jour à l'autre parce que je vois quelque chose de précis. Ma devise était et est simplement : "Échangez ce que vous voyez, pas ce que vous pensez".