Les investisseurs ayant un intérêt technique pour les graphiques ont placé les actions de Munich Re sur la liste de surveillance. Pendant la correction boursière actuelle, l'action se rapproche de sa moyenne mobile à 200 jours. Cet important soutien technique vaut la peine de commencer à s’intéresser à l‘action. Les chances d'une nouvelle attaque sur le plus haut annuel d'environ 230 euros sont très bonnes.

La tendance à la hausse de Munich Re reste pleinement intacte, même après la récente correction. Depuis juin de l'année dernière, le cours de l'action du réassureur a augmenté progressivement. Alors que la tendance haussière de l'année dernière s'était arrêtée aux alentours de 200 euros, le rallye du début de la nouvelle année boursière a mis un frein à cette tendance. Au cours du premier trimestre 2019, le cours de l'action Munich Re a grimpé d'environ 17% à 218 €, presque comme tiré par une ficelle, sans corrections majeures. Après une courte pause, la hausse s'est poursuivie en avril. Avec 224 euros, l‘action du prestataire de services financiers a atteint un plus haut niveau sur 52 semaines avant qu'une correction brève et nette ne la fasse chuter d'environ 9% à environ 204 euros. Cette phase de faiblesse a été rapidement surmontée. Le cours de l'action de Munich Re avait déjà dépassé son plus haut depuis le début de l'année à la mi-juin et n'avait atteint un nouveau plus haut d'environ 228 EUR à la fin juillet.

Munich re
munich re

Nano

Au cours des derniers jours de négociation, le prix de la réassurance a encore baissé plus fortement. L'action vise actuellement sa moyenne mobile des 200 derniers jours de bourse (environ 209 euros). Toutefois, le mouvement à la baisse doit être stoppé au plus tard dans ce cas. Les investisseurs à long terme, en particulier, préfèrent utiliser le retour au cours le plus bas de la dernière année boursière pour se constituer ou se développer des positions.

Recommandation :

Les investisseurs à orientation technique utilisent le retour sur investissement de la ligne 200 jours pour se constituer des positions sur le titre. Si la stabilisation est réussie, un contre-mouvement à court terme dans la fourchette de 222 euros est très probable d'un point de vue technique. En revanche, si l'action tombe durablement en dessous de la ligne des 200 jours, les investisseurs devraient tirer sur la ligne de rupture et limiter les pertes au plus tard au dernier creux cyclique (environ 203 €). Ensuite, il y a la menace d'une nouvelle chute brutale du cours de l'action.

Résumé :
  • Potentiel de gain : 6,2%
  • Risque de perte : 2,8%