Les investisseurs qui privilégient l’Analyse Technique considèrent l'action préférentielle de Drägerwerk comme un signal intéressant d'un point de vue graphique. Le parcours du groupe de technologie médicale et de sécurité se glisse au voisinage d'un important support transversal en milieu de semaine.

La tendance à la hausse à long terme chez Dräger est intacte. Les prix ne cessent d'augmenter depuis la fin de l'été 2019. Au milieu du krach en mars / avril de l'année dernière, le cours de l'action Drägerwerk a explosé. En quelques jours de bourse, les prix sont passés d'environ 50 euros à un pic de plus de 108,00 euros. Cette forte poussée à la hausse a ensuite été remplacée par une consolidation à la baisse volatile. En conséquence, les prix ont reculé vers la barre des 66 euros.

Cependant, la baisse des prix a été stoppée de manière exemplaire juste au-dessus de la moyenne mobile à 50 jours. Chez Drägerwerk, cet important indicateur à moyen terme fournit souvent des informations précieuses sur la détermination des tendances et sur les zones potentielles de résistance et de soutien.

La forte poussée à la hausse du printemps 2020 n'a pas pu être surmontée d'ici la fin de l'année. Le titre a tenté de nouveau de sortir à la fin de l'été. Mais le rallye s'est à nouveau essoufflé à environ 88 euros, soit presque la moitié du sommet annuel. Depuis lors, l'action privilégiée de Drägerwerk AG & Co. KGaA a consolidé sa tendance à la hausse avec un mouvement de drapeau légèrement à la baisse.

Dans la fourchette de prix entre 60 et 62 euros, ce mouvement de consolidation rencontre désormais une confluence de supports, constitué de la ligne de soutien de la tendance haussière et de la zone de support technique (dernier plus bas) autour de 60 euros.

Graphique du CFD de l’Action Drägerwerk en UT jour avec NanoTrader

Drager

Nano

Conclusion: les investisseurs techniquement orientés achètent l'action privilégiée de Draegerwerk près du support croisé pour 60 euros. Un premier objectif de cours se situe autour de 69 euros. Si, en revanche, l'action glisse sous la barre des 60 euros (SK sous 58,70 €), les investisseurs devraient réagir et vendre l'action.