Annonce
Réduire
Aucune annonce.
Ads
Réduire
TOTAL
Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Bonjour Coyotte,

    En UT mensuelle, on retour sur la zone sur la zone de polarité (44 - 45) serait très intéressant.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture.png 
Affichages :	85 
Taille :		70,4 Ko 
ID : 			2151240


    En UT Hebdo, faudra pas glisser sous le canal vert qui casserait la tendance et donnerait plus de billes aux vendeurs pour se servir de la div MACD

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture.png 
Affichages :	80 
Taille :		69,6 Ko 
ID : 			2151242

    Commentaire


    • Bonjour galadd je remets mon graph UTM = perso 2 possibilités ;
      --
      on revient sur la base de l'oblique inférieure # 46 voire petit excès # 45 puis retour zone 52/52.50
      --
      où on casse alors va chercher zone 43/42 puis un éventuel Throwback zone 46/46.50

      NB : la cassure des 43.60
      valide la vague c

      ,TOTAL graph en CFD-UTM --




      Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		cf2.jpg  Affichages :	0  Taille :		152,6 Ko  ID : 			2151246

      Commentaire


      • TOTAL graph en CFD-UTW -- j'ai une oblique long terme zone 48.40 sur laquelle est venu flirter total -- oui pour la div du MACD

        je positionne achat une ligne fin de mois à 45.24



        Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		cf2.jpg 
Affichages :	69 
Taille :		155,8 Ko 
ID : 			2151254

        Commentaire


        • Bonjour , TOTAL graph en CFD-UTW -- la zone 43.50 / 42.20 très intéressante pour Achat ( cf galadd #1936 ) et achat fort zone 38




          Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		cf2.jpg 
Affichages :	71 
Taille :		153,9 Ko 
ID : 			2155016

          Commentaire


          • Le pétrole plonge, Citi envisage un baril à 65$ cette année et 45$ en 2023

            Les prix du pétrole ont reculé mardi, plombés par les craintes d'un ralentissement économique mondial, bien que de nouvelles perturbations de l'offre signifient que le marché reste tendu.

            Le baril de brut WTI a en effet chuté jusqu'à un creux à 97.47$ hier soir, et hésite à repasser au-dessus de 100$ ce matin, contre un cours de plus de 110$ hier matin. Le Brent est quant à lui descendu à 101.14$, et évolue autour de 104$ ce matin, contre plus de 114$ hier matin.

            Le brut a été frappé par les craintes d'une récession mondiale, et cela s'est poursuivi mardi après que la Banque d'Angleterre ait déclaré que les perspectives économiques mondiales se sont "détériorées de manière significative" après que la flambée des prix des matières premières ait fait grimper l'inflation, ce qui pose un risque supplémentaire de baisse dans les mois à venir.

            En outre, l'indice composite des directeurs d'achat de S&P Global pour la zone euro est tombé à son plus bas niveau depuis 16 mois, ce qui implique une croissance d'environ 0,2 % seulement au cours du trimestre. La faiblesse des nouvelles commandes et de la confiance laisse présager le pire pour le trimestre en cours.

            Le pétrole brut pourrait s'effondrer à 65 dollars le baril d'ici la fin de l'année et tomber à 45 dollars d'ici la fin de l'année 2023 si une récession dévastatrice pour la demande se produisait, a averti Citigroup.

            "Les données historiques suggèrent que la demande de pétrole ne devient négative que lors des pires récessions mondiales", ont indiqué les analystes de Citi dans la note du 5 juillet. "Mais les prix du pétrole chutent dans toutes les récessions pour atteindre à peu près le coût marginal".

            Cela dit, les pertes sont limitées mardi après l'annonce que les travailleurs offshore norvégiens ont commencé une grève qui devrait réduire la production de pétrole de 130 000 barils par jour à partir de mercredi, ce qui représente environ 6,5 % de la production norvégienne.

            En outre, si l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, connus sous le nom d'OPEP+, ont confirmé la semaine dernière leur plan précédemment annoncé d'augmentation modeste de la production en août, le groupe a eu du mal par le passé à tenir ses promesses.

            "Les producteurs de l'OPEP+ ont une marge de manœuvre limitée pour augmenter la production de manière significative, et ne sont donc pas en mesure d'apporter un grand soulagement au marché", ont déclaré les analystes d'ING (AS:INGA), dans une note. "La production de l'OPEP a diminué au cours du mois de juin, la majeure partie des membres n'ayant pas atteint leurs objectifs de production."

            Cela ne signifie pas que la pression politique sur les membres du groupe pour augmenter la production va cesser de croître.

            Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé le cartel à augmenter la production de manière plus agressive plus tôt dans la journée de mardi, et le président américain Joe Biden doit se rendre au Moyen-Orient plus tard dans le mois, où les prix de l'énergie seront probablement en tête de l'ordre du jour.

            Le jour férié de lundi signifie que les données hebdomadaires sur les stocks de pétrole brut de l'organisme industriel American Petroleum Institute, habituellement publiées le mardi, seront retardées d'un jour.

            Commentaire


            • Bonjour , TOTAL graph en CFD-UTW -- sur zone critique en appui sur oblique inférieure pour envisager un retour sur MW en dynamique




              Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		cf2.jpg 
Affichages :	55 
Taille :		152,2 Ko 
ID : 			2155384

              Commentaire

              Chargement...
              X