Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

Donnees macro-economiques et resultats

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Ban Rey Voir le message
    ..
    ...Pour les non shakespeare :


    "Le procès-verbal suggère que la Fed n'est pas pressée d'augmenter les taux d'intérêt. Les marchés boursiers américains semblent croire qu'ils n'étaient pas trop hawkish", a déclaré Ayako Sera, économiste de marché à la banque Sumitomo Mitsui Trust.

    De plus, le procès-verbal indiquait également que les membres du conseil d'administration étaient généralement d'accord pour apporter un petit ajustement à la mise en œuvre de sa politique en augmentant les taux d'intérêt sur ses réserves excédentaires de 20 points de base, plutôt que de 25 points de base largement anticipés.
    Cela signifie que les taux d'intérêt effectifs à l'avenir ont diminué de cinq points de base sur une longue période de temps. En d'autres termes, nous pourrions même dire que la Fed a réduit les taux d'intérêt de cinq points de base,
    La chute du dollar s'est accélérée, car Trump semblait avoir ouvert un nouveau front dans la guerre commerciale en envisageant de nouveaux tarifs, cette fois sur les voitures, quelques jours seulement après que Washington ait convenu avec la Chine de suspendre son projet d'imposer des tarifs sur des marchandises chinoises d'une valeur de 150 milliards de dollars.

    Par rapport au yen, le dollar a chuté de 0,6 % à 109,45 yens, un jour après avoir chuté de 0,73 %, sa plus forte baisse en près de trois mois. Il s'élevait à 109,61 yens, en baisse de 0,4 pour cent sur la journée.

    L'indice Euro Zone Composite Flash Purchasing Managers' Index (PMI) d'IHS Markit, considéré comme un bon guide de la santé économique de la zone euro, a chuté en mai à un plus bas niveau sur 18 mois, ce qui suggère que la forte croissance du continent l'année dernière s'est essoufflée.

    Les investisseurs ont été troublés par l'évolution de la situation politique en Italie,
    "Je pense qu'il existe un risque de révision à la baisse des perspectives économiques européennes. Plus tôt cette année, les gens pensaient que la Banque centrale européenne, la Banque d'Angleterre et la Réserve fédérale allaient augmenter les taux d'intérêt. Mais maintenant, la BCE a clairement abandonné ", a déclaré Kazushige Kaida, responsable des opérations de change à State Street Bank and Trust à Tokyo.

    Ne travaillez Jamais, ne travailler Jamais, never work,arbeiten Sie nie

    Commentaire


    • Ce double coup de froid géopolitique et commercial, susceptible de freiner la croissance et de doper l'inflation, tombe mal pour les grandes économies de la zone euro, dans lesquelles se multiplient les signes de ralentissement de la croissance.

      Les indices PMI "flash", notamment, ont déçu les attentes, ce qui a fait baisser à la fois la probabilité estimée d'une hausse de taux de la Banque centrale européenne (BCE), les rendements des emprunts d'Etat du bloc et la monnaie unique.
      La BCE a elle-même reconnu que la croissance des 19 pourrait encore ralentir même si elle reste solide et généralisée.

      Les doutes récurrents sur la capacité de la BCE à resserrer sa politique monétaire tranchent avec la confiance apparente du marché dans la trajectoire des taux américains, confortée mercredi par les "minutes" de la Réserve fédérale.

      Cette dernière a simultanément laissé entendre qu'elle était prête à relever de nouveau le taux des "fed funds" en juin et qu'elle ne prévoyait pas d'accélérer la hausse du coût du crédit en dépit d'une accélération possible de l'inflation.

      Pour les marchés obligataires, européens en particulier, l'une des principales inconnues reste l'arrivée, lentement mais sûrement, d'un gouvernement populiste et eurosceptique aux affaires en Italie, avec à sa tête un novice en politique, le juriste Giuseppe Conte.

      L'approbation par le président italien de la nomination de ce dernier à la présidence du Conseil n'a permis qu'une brève détente du "spread" (l'écart de rendement) entre les emprunts à dix ans italiens et allemands, qui a dépassé vendredi les 200 points de base pour la première fois depuis près d'un an.







      Le nouveau gouvernement sera en effet soutenu par une majorité très faible alliant deux partis en désaccord sur de nombreux dossiers, et il risque de creuser les déficits publics tout en affichant son euroscepticisme face aux autres pays de l'Union.

      Les économistes et les stratèges obligataires s'efforcent de mesurer le potentiel de hausse des rendements souverains italiens et de contagion au reste de la zone euro, périphérie en tête, avec comme référence les déboires de la Grèce plus souvent que le spectaculaire redressement portugais de ces dernières années.

      "Comme Alexis Tsipras en Grèce, il est probable que les deux partenaires de la coalition cèderont aux pressions des marché et des agences de notation (...) et se montreront plus conciliants qu'attendu", estime par exemple Cyril Regnat, l'un des responsables de la stratégie taux de Natixis.

      Pour Bruno Cavalier, chef économiste d'Oddo BHF, le risque italien est asymétrique: "on peut espérer un peu de réduction du risque politique si le gouvernement penche vers le compromis mais redouter une forte dégradation s'il penche vers la confrontation. Il est à craindre qu'il faille en passer par une phase de tensions avant que la raison l'emporte."

      Morgan Stanley, de son côté, estime qu'un dépassement durable du seuil des 2,4% par le rendement à dix ans italien implique un risque de contagion par le biais des banques italiennes, de très importants créanciers obligataires de l'Etat.

      L'un des premiers tests grandeur nature de la confiance placée par les marchés dans le nouvel exécutif aura lieu mercredi avec des adjudications du Trésor italien

      "La confrontation entre Mattarella et les chefs de file du M5S et de la Ligue, qui ont gagné les élections du 4 mars et ont de façon commune la majorité dans les deux chambres du Parlement, plonge l'Italie dans une crise institutionnelle dont l'issue est inconnue", observe Holger Schmieding, économiste chez Berenberg.

      S'il devait y avoir de nouvelles élections, le débat pourrait se déplacer de l'immigration à l'euro avec des positions ouvertement plus hostiles, susceptibles de provoquer une confrontation avec l'Union européenne, ajoute-t-il.

      Le rendement des obligations d'Etat italiennes à 10 ans, qui avait reculé dans les premiers échanges, a pris jusqu'à 24 points de base, pour atteindre 2,697%, au plus haut depuis octobre 2014, avant de revenir à 2,59%.

      Dans la foulée, les rendements des autres pays périphériques comme l'Espagne et le Portugal sont orientés en forte hausse, le 10 ans portugais bondissant notamment de 17 points de base.

      Timing and conviction preparedness is everything
      http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
      http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

      " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

      Commentaire


      • Après la rencontre entre Mattarella et Cottrelli, le Président a demandé à l’ancien cadre du FMI de former un gouvernement technocrate, en attendant d’organiser de nouvelles élections.

        Cottarelli confirme accepter cette mission, et rajoute que de nouvelles élections devront avoir lieu au début de l’année prochaine.

        Cependant, s’il ne remporte pas le vote de confiance, des élections devront être tenue après le mois d’août.

        L’objectif du gouvernement transitoire sera de faire voter le budget de l’année prochaine, en assurant une gestion prudente des finances de l’Italie.

        Cottarelli devient maintenant le Premier ministre désigné. Mais cela pourrait ne pas durer si les autres partis ne lui offrent pas le vote de confiance.

        Forza Italia s’est déjà prononcé contre le vote, avant même l’officialisation de la nomination.

        S’agissant de vote de confiance, on apprend que Rajoy va devoir faire face à un débat du Parlement puis un vote de confiance les 31 mai et 1 juin respectivement.

        Sur le Forex, l’Euro freine sa chute, mais l’incertitude politique reste entière en Italie et en Espagne.

        Copyright (c) 2018 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.
        Timing and conviction preparedness is everything
        http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
        http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

        " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

        Commentaire


        • Après la France, l'Italie.
          On entre dans une très forte crise systémique. La nomination d'un homme de 81 ans ( des âges où, lorsqu'on a des idées restreinte, elles deviennent figées ) aux finances a été rejeté pour son sentiment anti européen.
          La proposition de cette personne à ce poste en dit long sur la volonté des partis de droite dure italiens.

          On propose quoi ? Un homme au coeur même du système de d'exploitation des peuples au profit du tout financier . Et du FMI... lorsqu'on connaît un peu les stratégies et tactiques du FMI, c'est effectivement se moquer du monde et dire au peuple " NON tu n'es pas en démocratie".
          Résultat ? Les marchés ne s'y trompent pas et anticipent d'ores et déjà une contre réaction massive aux prochaines éléctions.

          L’Espagne, où le parlement se prononcera vendredi sur une motion de défiance déposée contre le président du gouvernement Mariano Rajoy, continue également d’inquiéter les marchés.
          Timing and conviction preparedness is everything
          http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
          http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

          " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

          Commentaire


          • L'indice des prix à la consommation (IPC) s'inscrit en hausse de 2,1% sur les douze mois à fin juin - un plus haut depuis août 2012 - contre 2,0% à fin mai.

            L'indice des prix harmonisés IPCH, qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, s'inscrit quant à lui en hausse de 2,4% sur un an (après +2,3% en mai) conformément aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

            Il s'agit là aussi d'un plus haut depuis août 2012.

            L'inflation en France dépasse donc l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) pour l'ensemble de la zone euro, qui se situe à un tout petit peu moins de 2%.

            Malgré un léger ralentissement, l'inflation est également restée supérieure à l'objectif de la BCE ce mois-ci en Allemagne, où l'IPCH a progressé de 2,1% sur un an, selon des données préliminaires publiées jeudi.

            Ces chiffres confortent donc les tenants d'une normalisation de la politique monétaire de la BCE et parmi eux Jens Weidmann, le patron de la Bundesbank.

            L'institution de Francfort a annoncé mi-juin qu'elle mettrait fin à son programme d'achats nets d'actifs à la fin de l'année, précisant dans le même temps que ses taux directeurs devraient rester à leur niveau actuel, historiquement bas, au moins jusqu'à la fin de l'été 2019.

            Sur le seul mois de juin, l'indice des prix à la consommation IPC comme l'IPCH s'inscrivent en hausse de 0,1%.
            ..
            Timing and conviction preparedness is everything
            http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
            http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

            " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

            Commentaire


            • PEKIN (Reuters) - La Chine a annoncé vendredi matin que ses droits de douane sur des importations de produits américains étaient entrés en vigueur, rapporte le China Daily.

              Cette mise en oeuvre survient moins de deux heures après l'entrée en vigueur, à 04h01 GMT, des droits américains perçus sur 34 milliards de dollars de marchandises chinoises.
              Les autorités chinoises avaient fait savoir qu'elle n'aurait d'autre choix que de répliquer à ces mesures. Leur riposte impose de nouveaux droits sur 545 produits américains représentant également une valeur de 34 milliards de dollars.
              La guerre commerciale déclenchée par l'administration américaine pourrait gagner encore en intensité, puisque Donald Trump a laissé entendre que Washington pourrait à terme taxer jusqu'à 500 milliards de dollars de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations Made in China aux Etats-Unis (505 milliards de dollars en 2017).

              Timing and conviction preparedness is everything
              http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
              http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

              " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

              Commentaire


              • Alors que le gouvernement italien a jusqu'à mardi pour envoyer un nouveau projet de budget à la Commission européenne, "il est peu probable que des révisions soient faites et nous allons sûrement assister à une escalade entre l'UE et l'Italie plus tard dans le mois", a expliqué Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.
                Vendredi, Jo Johnson, secrétaire d'état britannique aux Transports et frère de l'ex-chef de la diplomatie Boris Johnson, a démissionné du gouvernement en raison d'un désaccord avec le projet de la Première ministre pour parvenir à un accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, prévue le 29 mars 2019.



                Theresa May fait en même temps face à l'opposition du parti nord-irlandais DUP, indispensable à sa majorité absolue au Parlement.
                ..
                Timing and conviction preparedness is everything
                http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                Commentaire


                • au vu des evts, ChikunkunGna 2019, ou quand la planete s'enrhume, reactivation de cette file

                  Je trouve desesperant que notre époque ne trouve même pas un nom digne de la bestiole qui a mis la civilisation la plus arrogante de tous les temps à genoux en 25 jours chrono. Aussi je l' appelle Chikukungna.... gna alors; sinon, Crovid? pas mal Crovid

                  L'Europe boursière rechute dans un climat d'aversion au risque

                  01/04/2020 | 18:24


                  Les Bourses européennes ont fini en baisse mercredi, la dégradation de la situation économique due au coronavirus qui continue de faire de plus en plus de victimes dans le monde ayant incité les investisseurs à se tourner vers les actifs jugés moins risqués.


                  À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 4,3% à 4.207,24 points, un plus bas en clôture d'une semaine. Le Footsie britannique a cédé 3,83% et le Dax allemand a perdu 3,94%.
                  L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 3,83%, le FTSEurofirst 300 a reculé de 2,92% et le Stoxx 600 de 2,9%.
                  Deux semaines "très douloureuses" attendent les Américains dans la lutte contre le coronavirus, a averti mardi le président américain. Les autorités sanitaires craignent que le bilan aux Etats-Unis dépasse les 100.000 morts dans les prochains mois.
                  Le changement de ton de Donald Trump et des indicateurs inquiétants ont eu raison de l'optimisme très prudent qui a dominé les places européennes mardi.
                  L'activité dans le secteur manufacturier a chuté en mars et devrait continuer de baisser dans les mois à venir, ont montré les résultats définitifs des enquêtes mensuelles PMI en zone euro.
                  Aux Etats-Unis, le secteur privé américain a détruit des emplois en mars pour la première fois depuis 2017 et l'activité du secteur manufacturier dans le pays s'est contractée.
                  "Le secteur manufacturier est en récession, comme le reste de l'économie", a déclaré Chris Rupkey, économiste en chef chez MUFG à New York.
                  "La question principale n'est pas de savoir à quel point les données économiques sont mauvaises mais combien de temps elles le resteront. La question de savoir à quoi ressemblera la reprise, quand nous pourrons la démarrer, risque également de peser sur le sentiment.


                  Nous ne nous attendons pas à un rebond en V mais plutôt à une forme en U, et avec seulement une montée progressive", a commenté Esty Dwek, responsable des stratégies de marché chez Natixis IM Solutions.


                  VALEURS EN EUROPE
                  Les investisseurs craignent un certain nombre d'avertissements sur les bénéfices des entreprises, en Europe comme aux Etats-Unis, voire des faillites. Les analystes tablent sur une chute de 21,9% des bénéfices du Stoxx 600 au deuxième trimestre et de 9,6% pour le S&P-500 selon le consensus IBES Refinitiv.
                  L'indice Stoxx des valeurs bancaires, en baisse de 5,79%, a été plombé par la suppression des dividendes par plusieurs groupes du secteur.

                  A Londres, HSBC a chuté de 9,52%. A Paris, Société générale et Natixis ont perdu respectivement 9,53% et 13,31% après avoir suivi la recommandation de la Banque centrale européenne de ne pas verser de dividende au titre de 2019.
                  Sans surprise, les immatriculations de voitures neuves en France ont dégringolé en mars à cause de l'épidémie et du confinement de la population pour l'endiguer. PSA et Renault ont abandonné respectivement 6,49% et 7,88%.
                  Toujours frappé par la baisse de la demande, l'équipementier aéronautique Safran a dévissé de 16,45%, dernier du CAC 40 devant Airbus (-12,03%). Le secteur des transports et loisirs (-6,4%) a accusé la plus forte perte en Europe.
                  Soutenu par un relèvement de recommandation d'UBS, Ipsen a pris 6,72%.
                  A WALL STREET
                  Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en repli, le Dow Jones reculant de 3,41%, le Standard & Poor's 500 de 3,68% et le Nasdaq Composite de 2,87%.
                  TAUX
                  Une nouvelle fois favorisés par le mouvement de repli sur les actifs plus sûrs, les emprunts d'Etat américains voient leurs rendements reculer nettement: le dix ans cède plus de dix points de base et a atteint en séance son plus bas niveau depuis trois semaines à 0,578%.
                  La tendance a été moins marquée en Europe où le rendement du Bund allemand à dix ans a cédé un peu plus d'un point de base, à -0,470%.
                  CHANGES Le dollar reprend environ 0,5% face à un panier de six devises internationales et face au yen.
                  L'euro recule de 0,9%, sous 1,10 dollar.
                  PÉTROLE
                  Déjà touchés par l'effondrement de la demande, les cours pétroliers ont accentué leurs pertes après l'annonce d'une hausse plus importante qu'anticipé des stocks américains de brut par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).
                  Les stocks de brut ont augmenté de 13,8 millions de barils la semaine dernière à 469 millions, soit la plus forte hausse depuis octobre 2016. Les économistes attendaient en moyenne une hausse d'environ 4 millions de barils.

                  Le cours du Brent cède 5,2% à 24,98 dollars le baril. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) évolue autour de 20,4 dollars.
                  MÉTAUX
                  La baisse de l'activité industrielle en Asie, en Europe et aux Etats-Unis contribue au repli des prix des métaux industriels: les cours du cuivre et de nickel perdent près de 3% et celui de l'aluminium est tombé à un plus bas de quatre ans sous 1.500 dollars la tonne.,
                  Le regain d'attrait pour les valeurs refuges profite logiquement à l'or, qui prend 1,17% pour se rapprocher de 1.600 dollars l'once.
                  (Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)
                  par Laetitia Volga

                  Timing and conviction preparedness is everything
                  http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                  http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                  " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                  Commentaire


                  • Le groupe pétrolier américain Whiting Petroleum Corporation, spécialisé dans les gisements de schiste dans le Dakota du Nord et dans le Colorado(ouest), a par exemple fait faillite mercredi, invoquant le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites qui permet à une entreprise de se restructurer à l'abri de ses créanciers.
                    Ailleurs, on paie pour enlever les barils !! petrole < 0, si si Etonnant, n'est-il pas, ma chère Watson ??
                    Timing and conviction preparedness is everything
                    http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                    http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                    " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                    Commentaire


                    • ÉCONOMIE - Selon le "New York Times", 40% des locataires new-yorkais ne devraient pas être en mesure de payer leurs prochains loyers.

                      On estime à 5,4 millions le nombre de locataires à New York, ce qui représente les deux tiers de la population. Et si 40% d'entre eux ne peuvent payer leur loyer, alors, mathématiquement, nombre de propriétaires, surtout ceux dont les marges sont peu élevées, seront confrontés aux mêmes soucis avec leurs factures.

                      Le Community Housing Improvement Program (CHIP) qui représente 4000 propriétaires, craint déjà "des conséquences dévastatrices", affirmant qu'"aucune banque ne voudra aider". Il évoque ceux qui louent des commerces ou des restaurants. "Il y a un fardeau de responsabilité financière qui finira bien par tomber sur quelqu'un", insiste-t-il. "Et il ne serait pas juste que ce soit sur les propriétaires." Lesquels devront s'acquitter de leur impôt le plus élevé, la taxe foncière, au 1er juillet.
                      "Un problème de classe et de race"

                      Cette taxe foncière, souligne le quotidien new-yorkais, représente environ 30% des revenus de la ville, ce qui contribue à payer les services municipaux les plus basiques. Ceux-ci sont ainsi directement menacés. Et il s'agirait donc, en peu de mots, de privilégier tout crédit à toute faillite. Pour l'heure, les aides fédérales se concentrent surtout sur les propriétaires, avec une aide de deux milliards de dollars, se limitant à des cas spécifiques d'hypothèques ou de dépôts de garantie.



                      https://www.lci.fr/international/cor...9-2149763.html

                      _______________________________________________________________________________________________________________

                      La semaine dernière, des chiffres alarmants annonçaient déjà la couleur, révélant un boom de 3,3 millions du nombre de demandes d’allocations chômage, sur la seule période du 15 au 21 mars. Sans compter les 2,65 millions de nouvelles demandes qui devraient s'ajouter cette semaine.

                      Mais le pire pourrait être à venir. Ces dernières heures, la Réserve fédérale (Fed) de Saint-Louis a fait état de prévisions encore plus inquiétantes. D'après les projections de ses économistes, 47 millions d'emplois supplémentaires seraient menacés ces prochains mois, ce qui conduirait à un taux de chômage abyssal de 32,1%. Pour rappel, en février dernier, celui-ci ne s'élevait qu'à 3,5%, soit son plus bas niveau depuis 1969.

                      La réponse grandissime de Donald
                      Pour atténuer cette éventuelle catastrophe, Donald Trump a annoncé vendredi dernier un gigantesque plan de relance d'un montant de 2200 milliards de dollars. Un plan qui prévoit que tous les Américains ayant touché un revenu imposable de moins de 75.000 dollars en 2019 recevront un chèque de 1200 dollars, alors que les couples mariés gagnant moins de 150.000 dollars par an recevront, eux, 2400 dollars, avec 500 dollars de plus s'ils sont parents.

                      2 mois de loyer à N.Y.
                      no comment

                      de plus
                      Le coronavirus fait exploser la vente d’armes aux États-Unis
                      ajoutons alcool en quantités massives !!


                      Un tel pays ne collapse pas sans entraîner d'autres dans sa chute. Guerres de diversions, etc...
                      Timing and conviction preparedness is everything
                      http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                      http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                      " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                      Commentaire


                      • Chaine de restaurant Allemande en faillite


                        02/04/2020 | 13:00

                        Dans une note de stratégie préparée par ses experts quantitatifs, JPMorgan distingue trois phases distinctes dans un marché baissier : un crash, un rebond et une errance vers de nouveaux plus bas. Ils ont fondé leur analyse sur leur expérience des fortes baisses enregistrées par les marchés en 2000 et 2008. La première phase est définie comme la chute brutale et immédiate des marchés subie à la suite d'un choc. Elle est suivie par un fort rebond, les investisseurs essayant d'évaluer les dommages causés par l'effondrement des prix et de trouver des titres mal évalués.

                        Nous serions actuellement dans cette période.

                        " Au cours de la période postérieure à mars 2000, il y a eu 5 rebonds importants des marchés actions, qui ont atteint en moyenne 16 % et ont duré en moyenne 75 jours ", observe la banque américaine. Elle ajoute que lors de la grande crise financière, les marchés actions ont connu 4 rebonds d'ampleur, d'une durée moyenne de 44 jours et d'un rebond moyen allant jusqu'à 20%.

                        La troisième phase correspond à une longue et prolongée dérive vers de nouveaux plus bas, avant qu'un éventuel point bas ne soit trouvé.

                        En général, le plus bas est atteint lorsque peu d'investisseurs s'y attendent; fréquemment 1 à 3 mois après la publication des données macroéconomiques les plus dégradées et lorsque les analystes continuent de réduire leurs prévisions de bénéfice par action, mais moins fortement. Pour JPMorgan, nous n'y sommes pas encore car il ne croit pas à une reprise en V de l'économie.

                        La banque juge que la probabilité d'un rebond au cours des prochaines semaines est élevé. Elle avertit que ces rally peuvent s'estomper à tout moment, c'est pourquoi il recommande la prudence.

                        "Surtout, le chemin à parcourir semble difficile et les entreprises qui génèrent des flux de trésorerie disponibles élevés, avec un faible endettement et des bilans solides, sont susceptibles de l'emporter sur le long terme", conclut JPMorgan.


                        Copyright 2020 AOF


                        effectivement.

                        Le troisième volet est d'ailleurs le pire de tous, avec l'effritement des cours ; tendance pendant laquelle la baisse est très légère, jour après jour, les rebonds quasi inexistants et insignifiant et où l'investisseur garde car la ba&sse ne semble pas acquise et n'est pas réellement marquée.... mais inexorable.... L'horreur, si on est long
                        Timing and conviction preparedness is everything
                        http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                        http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                        " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                        Commentaire


                        • pour ce jour, j'obtiens confirmation : les inscriptions au chômage n'avaient pas eu lieu, car les sites étaient saturés !!!
                          plus ceux qui pensent que çà ne sert à rien

                          pétrole, éventuel accord Russie / Arabies

                          ___________________________________________________________________________________________________________

                          Quant à l'euro, il souffrait du fait qu'"il n'y a(it) pas d'accord sur la manière de soutenir les pays membres les plus affectés par le virus", a signalé Thu Lan Nguyen, analyste pour Commerzbank.

                          Mardi, l'Allemagne s'est dite "prête" à "faire jouer la solidarité européenne" mais continue de refuser toute mutualisation des dettes, comme cela a été demandé par plusieurs pays membres de la zone euro, dont la France.

                          "Ce n'est pas un signe positif que l'UE ne soit pas capable de travailler ensemble pendant une crise aussi difficile qui ne peut même pas être imputée à un pays en particulier", a ajouté Thu Lan Nguyen.
                          Timing and conviction preparedness is everything
                          http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                          http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                          " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                          Commentaire


                          • Les deux cours de référence, celui du baril de Brent européen et celui du WTI américain, ont bouclé en ce début d'année le pire trimestre de leur histoire, avec des prix divisés par trois sur la période.

                            La perspective d'un apaisement de la guerre des prix et d'une production enfin jugulée de manière conjointe, même si elle ne sera sûrement pas en mesure de répondre au déficit abyssal de la demande en or noir, a toutefois permis jeudi et vendredi aux cours de se reprendre.

                            Mais gare aux faux espoirs, prévient Chris Beauchamp, analyste chez IG : "les chances de parvenir à un accord semblent assez faibles" et le marché "se prépare à une douloureuse déception, qui pourrait voir les gains des dernières 48 heures rapidement effacés".
                            Conf. Arabie/Russie de Lundi reportée à Jeudi
                            Timing and conviction preparedness is everything
                            http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                            http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                            " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                            Commentaire


                            • Après l'annonce d'un doublement des inscriptions au chômage la semaine dernière, les chiffres mensuels de l'emploi américain promettaient le pire, même s'ils ne portent pas totalement la trace de la pandémie de coronavirus puisque l'enquête du Département américain au Travail a été réalisée avant que la majorité des mesures de confinement soient mises en place aux Etats-Unis. Il n'en reste pas moins que 701.000 emplois non-agricoles ont été détruits le mois dernier, un niveau nettement supérieur aux 100.000 éliminations d'emplois attendues par le consensus de place. Il s'agit des premières destructions de postes depuis 2010 aux Etats-Unis !

                              Le taux de chômage a de son côté bondi de 3,5% à 4,4%, contre 3,8% de consensus. Les suppressions d'emploi dans le privé sont ressorties au nombre de 713.000, contre -163.000 de consensus. Le taux de participation à la force de travail s'est établi à 62,7%, contre 63,3% attendu par le marché. Enfin, le salaire horaire moyen a augmenté de 3,1% en glissement annuel et +0,4% par rapport au mois antérieur.

                              Selon des prévisions publiées par le Congressional Budget Office (CBO) aux Etats-Unis, le taux de chômage dans le pays pourrait dépasser les 10% au deuxième trimestre et la contraction du PIB atteindre plus de 7% en conséquence de la pandémie. Les économistes de Bank of America estiment que près de 20 millions d'emplois pourraient être supprimés au cours des deux prochains mois en raison de l'épidémie, ce qui entraînerait un taux de chômage maximum de 15,6%. Toujours sur le front macroéconomique, les indices ISM et PMI des services du mois de mars seront dévoilés cet après-midi...

                              Après être tombés sur des niveaux oubliés depuis 18 ans, les cours du brut poursuivent leur rebond à 33$, dopés par l'espoir d'un accord entre pays producteurs et les dernières déclarations du président américain, qui s'attend à un compromis sur la production entre la Russie et l'Arabie saoudite dans les prochains jours. Hier, le baril de Brent a pris jusqu'à 47% en séance, un record !
                              Par ailleurs, selon 'Bloomberg', l'Opep+ organiserait une réunion 'en ligne' d'urgence lundi. L'agence, qui cite deux délégués du cartel, précise que le rendez-vous sera ouvert à tous les producteurs, et pas seulement aux membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés habituels. La liste des participants est cruciale dans la mesure où l'Arabie Saoudite a clairement indiqué qu'elle ne réduira sa production que si d'autres pays, dont les États-Unis, assument une partie du fardeau.

                              En France, les indices PMI IHS Markit de mars signalent une baisse sans précédent de l'activité dans le secteur des services. Les nombreux arrêts d'activité et fermetures d'établissements ont entraîné la plus forte contraction du volume des nouvelles affaires de l'histoire de l'enquête, surpassant largement le précédent record enregistré au plus fort de la dernière crise financière mondiale en 2009. L'effondrement de la demande mondiale s'est traduit par une baisse considérable du volume des nouvelles affaires à l'export tandis que les prestataires de services français ont procédé à la plus forte réduction de leurs effectifs depuis janvier 2013, souligne IHS Markit. L'indice titre IHS Markit de l'activité commerciale s'est ainsi effondré par rapport à son niveau de février (52,5) pour afficher, à 27,4 en mars (29 en première estimation), son plus bas niveau historique.
                              L'euro retombe ce soir sur les 1,08/$ entre banques.
                              ..
                              Natixis (-18,7%) emmène le reste des financières. BNP Paribas (-5%) a rejoint jeudi les autres grandes banques françaises qui ont renoncé à verser un dividende, sous la pression de la BCE, afin d'être mieux armées pour lutter contre la crise du coronavirus. CNP (-9%) Société Générale (-8%)
                              Timing and conviction preparedness is everything
                              http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                              http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                              " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                              Commentaire


                              • (OCDE).


                                Ses indicateurs avancés, qui visent à déterminer les points d'inflexion de l'activité, suggèrent que toutes les grandes économies ont basculé dans un "fort ralentissement", l'Inde étant le seul pays à n'éprouver qu'un simple "ralentissement".
                                Ces indicateurs préfigurent "la plus forte baisse mensuelle jamais enregistrée dans la plupart des grandes économies" souligne l'organisation internationale basée à Paris dans un communiqué.
                                Elle ajoute que les incertitudes majeures sur la durée des mesures de confinement compromettent la fiabilité des indicateurs qui, donc, "ne sont pas encore en mesure d'anticiper la fin de la phase de contraction, d'autant plus qu'on ne sait pas encore combien de temps, ni même quelle sera la sévérité des mesures de confinement".
                                Le mois dernier, l'OCDE avait estimé à deux points de pourcentage par mois l'impact du confinement sur la croissance annuelle de chaque grand pays membre.

                                Le Fonds monétaire international (FMI) ferait preuve d'une discrimination inacceptable s'il refusait d'accorder à l'Iran le prêt de cinq milliards de dollars (4,44 milliards d'euros) qu'il a réclamé pour faire face à la crise du coronavirus, a estimé mercredi le président Hassan Rohani.

                                Ce qui déclencherait à coup sûr d'énormes ten,sions dans cette partie du monde


                                Mais les chiffres publiés mercredi aux Etats-Unis, avec un nombre record de décès quotidiens, et des données moins encourageantes en Europe ont remis en cause ce scénario. Parallèlement, l'échec de la réunion de l'Eurogroupe malgré 13 heures de discussions entre les ministres des Finances de la zone euro, est venu souligner la difficulté à coordonner les efforts de soutien à l'activité, au moment où les principales économies mondiales se dirigent, selon l'OCDE, vers une chute historique du produit intérieur brut (PIB). La Banque de France, de son côté, table sur une contraction de 6% au premier trimestre. Dans ces conditions, il est difficile d'envisager un rebond durable des marchés boursiers, d'autant que les consensus de résultats semblent loin d'avoir fini de chuter.
                                Timing and conviction preparedness is everything
                                http://forums.univers-bourse.com/att...0-plongeon.png
                                http://forums.univers-bourse.com/att...-capture-5.png

                                " Nous nous entraînons durant des milliers d'années, mais la victoire ou la défaite survient en un instant "

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X