Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

PSYTRADE : l'attention flottante

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • PSYTRADE : l'attention flottante


    Je crois utile de m’exprimer plus clairement sur ce thème que je ne l’ai fait l’autre soir, d’autant que certains, combinant mon message avec les breuvages de notre hôte, pourraient maintenant la chercher au fond de la dive bouteille…

    A un ami psychanalyste qui, récemment, me demandait : « Alors, la Bourse ? », j’ai répondu : « Avec la psychanalyse, on est sûr de dépenser de l’argent tandis que, avec la Bourse, on peut espérer en gagner. C’est dangereux, bien sûr, mais je t’assure qu’en termes de découverte de soi, ça vaut la psychanalyse ! ».
    Il m’a regardé en souriant, j’ai considéré que c’était une invite à lui en dire davantage. Que voulez-vous ? par profession, les psychanalystes savent écouter. C’est son cas. J’ai donc développé le parallèle que je n’ai fait, l’autre soir, qu’esquisser devant vous…

    Ce qui, en Bourse, est totalement nouveau pour moi, c’est que, pour la première fois depuis la petite enfance, je tente d’entrer en relation avec quelqu’un ou quelque chose qui ne tient absolument aucun compte de moi. Quoi que je fasse ou ne fasse pas, le marché s’en fout complètement. Je gagne, je perds, je boude, je m’intéresse à telle valeur, je délaisse telle autre, je mets le paquet ou j’y vais progressivement, je sors un moment ou je reviens en force… C’est pareil.
    Et pourtant, la Bourse n’est pas un mur, une chose inerte. Elle bouge constamment et, manifestement, il y a quelque chose à gagner si j’accompagne ses mouvements. Encore faut-il les anticiper correctement.

    Gagner, c’est pour cela que je suis en Bourse, mais cela ne m’aide pas d’y penser. Tant que je le fais, que je Me lamente, que je M’exalte, que je Me fais des « dreams » ; que je mets au point Mes stratégies et peaufine Mes tableaux de calcul, je reste centré sur moi, et ce Moi ne cesse de m’encombrer : il me rend incapable de « sentir » le marché : je m’écoute au lieu d’écouter le marché.
    C’est là que le trading rejoint la psychanalyse.

    Le trading sert à gagner de l’argent. La psychanalyse aussi, diraient les mauvaises langues (yl ?) mais, en théorie du moins et, quelquefois en pratique, elle sert à aider ceux que la médecine appelle les « patients » (ceux qui souffrent) et qu’elle appelle les « analysants ».
    La psychanalyse est un métier d’aide. Or, pour aider autrui, le psychanalyste ne « fait » pratiquement rien. Ce n’est pas facile de bien écouter. Il faut être en paix avec soi-même et le monde et avec la personne qu’on écoute, sans crainte ni désir particulier, alerte, disponible, attentif à tout sans tenir à rien : pratiquer une attention flottante, celle qui permettra, avec la rapidité de réflexe et la sûreté de geste d’un grand professionnel de saisir l’opportunité pour faire, de temps à autre, l’intervention opportune qui, par sa précision et la qualité de son timing, produira, dans la bonne direction, l’effet le plus juste, peut-être décisif, pour la dépense d’énergie la plus faible. Le premier devoir du psychanalyste, comme celui du médecin dont procède son éthique, n’est-il pas, d’abord, de ne pas nuire ?

    Il en est, je crois, de même pour le trader. Je ne parle pas d’expérience, parce que je ne suis pas un bon trader. Je parle donc ici de ce que j’imagine mais j’ai vérifié ce qui précède dans tellement de situations que je suppose que cela vaut, aussi, pour le trading.
    Trader amateur, je suis aujourd’hui tout encombré de mes idées, de mes graphiques, de mes livres, de mes logiciels, et, bien sûr, de mes émotions, de mes craintes, de mes désirs, de mes objectifs. A l’évidence, je me sers mal de mes outils et, loin de les avoir intégrés, je ne les maîtrise pas. Je n’ai en ce domaine ni les longues et bonnes habitudes d’un grand professionnel, celles sans lesquelles il est impossible de s’abandonner aux improvisations inspirées d’où proviennent toutes les grandes réussites, ni le détachement attentif, l’attention flottante du bon (psych)analyste… ou du sage !

  • #2
    Slt,
    Comme dans toute activite il y a la realite et l'interpretation que nous en faisons, et c'est dans ce dernier terme que tout ou partie se trouve.
    Quelquesoit l'etat d'esprit dans lequel nous nous trouvons, heureux, pas heureux, positif, negatif, le graph reste le graph seule notre vision change.
    Lorsque nous n'avons pas de methode nous en sommes a ce niveau de l'interpretation des graphs. D'une certaine maniere si les cours en 1 min par exemple arrivent sur un niveau et y rebondissent plusieurs fois, l'optimiste (qui peut changer d'un jour a l'autre) va y voir un support, le pessimiste une simple pose (le profil optimiste et pessismiste est caricatural bien sur). Et pourtant tous 2 voient la meme chose.
    A partir du moment ou vous avez une methode et que vous la suivez alors les choses changent. Le niveau atteind par les cours est alors analysé selon qu'il y a ou pas un signal, et ce n'est plus la psychologie qui regit la validite ou non des signaux. On passe donc d'une analyse totalement subjective a une analyse objective, on subordonne la psycho par la technique.
    Une fois ce stade passé tout n'est pas gagne, car encore faut il, une fois la methode developper faire entree la Discipline. Celle qui consiste a suivre ses signaux, couper ses pertes et surtout laisser courir ses gains. Et la si la discipline ne prend pas le pas sur la subjectivite, on retourne dans les memes travers (peur que le trade ne se retourne et nous reprenne le peu de gain que nous avons, peur d'avoir une perte suite au stop.......).
    La psycho est donc un element essentiel dans la reussite du trading, et certain pour s'en defaire passe au systemique, d'autre font un travail sur soi, d'autre place les stops et partent faire un tour.... etc.
    Ce que tu dis a la fin est tres proche des qualites de la meditation

    "Attention et conscience degagée:

    Plus précisément, l'esprit de la méditation a deux attitudes : l'attention et la conscience dégagée. L'attention est un état vigile, de pleine vigilance, qui permet de voir les choses simplement et précisément. L'attention n'est pas la concentration; c'est même un état de décentralisation, de détente, ou d'absence de fixation sur des objets extérieurs, sans saisie des expériences sensorielles ou des pensées intérieures. C'est une qualité de présence lucide dans laquelle les sens sont alertes avec un esprit clair et vigilant. La conscience dégagée est l'attitude de l'esprit qui n'est pas obnubilé, fixé sur quoi que ce soit de particulier ; c'est une qualité d'expérience globale, spacieuse, un champ de conscience large et dégagé, ouvert sur l'environnement total. Ce dégagement vient dans la mesure même où nous ne sommes pas pris, fasciné par les découvertes de l'attention, où l'esprit reste sans fixation. L'attention est lucidité, acuité de l'expérience ; la conscience dégagée est l'ouverture de l'esprit. Ces deux aspects se révèlent finalement ensemble comme deux facettes d'un même état d'esprit-expérience.

    Les deux qualités de la méditation assise - l'attention et la conscience dégagée - se transposent dans l'action. L'attention est la présence à la situation, et la conscience dégagée est l'absence de fixation sur celle-ci. Nous sommes alors pleinement présent, au cœur de l'action, dans une attitude ouverte et dégagée.

    Lama denys
    "


    +2p
    -2n

    Commentaire


    • #3
      citation :
      Message original posté par unplusun


      Je crois utile de m’exprimer plus clairement sur ce thème que je ne l’ai fait l’autre soir, d’autant que certains, combinant mon message avec les breuvages de notre hôte, pourraient maintenant la chercher au fond de la dive bouteille…
      ...



      Merci, Unplusun, c'est vrai que c'est plus clair lu comme ca qu'entendu l'autre soir...

      "L'intervention opportune" comme objectif et ne pas l'"actionite" (sic) : bien vu, rajoutons donc a la liste des emotions tres importantes (peur / cupidite / orgueil) la confiance en soi et sa methode (une fois maitrise) et la patience.

      Qui sait, on arrivera peut-etre a des ateliers d'experience d'abord et de maitrise ensuite de ces et ses emotions ?

      Merci a toi pour cette nouvelle initiative sur Pro-AT.

      Commentaire


      • #4

        Mea culpa (deux fois !)

        1) J’ai écrit Yl en pensant utopiste ! Pourquoi utopiste ? parce qu’il avait écrit : « On peut essayer de trader, on peut aussi essayer d'en vendre (systèmes, logs, conseils etc ...) c'est beaucoup moins risqué et surement beaucoup plus rentable. On peut aussi vendre l'aspect psy de la chose ... Si j'étais plus jeune, mieux formé sur ce sujet psy, compte tenu de mon expérience des marchés, c'est assurément la route vers laquelle je me dirigerais today ... pour gagner de l'argent ! En plus, pas de concurrence (ou quasi encore inexistante).
        Vous perdez ? Allo maman bobo ? Pas de problèmes : stage dans votre ville prochainement ... Après je trade avec mon argent (encore heureux !),
        Stage : allongez-vous sur le canapé, j'vais vous expliquer pourquoi vous perdez, psychologiquement.
        Pourquoi pas après tout....
        », ce que j’avais trouvé drôle et pertinent et, comme j’abordais le même thème, mais cette fois à propos des psychnalystes, je lui ai fait, dans mon esprit, un clin d’œil en le qualifiant de « mauvaise langue », expression qui, dans ma bouche, a toujours un côté humoristique.

        2) J’aurais dû mettre un smiley.

        En voici donc quelques-uns pour exprimer ma confusion…



        P.S. J’espère maintenant que utopiste ne va pas se froisser, d’autant que je trouve son message (dans la file PSYTRADE : le trader et la peur) très positif. En particulier, il introduit le thème des lectures sur lequel, il me semble, il faudra ouvrir une file un de ces jours.

        Commentaire


        • #5
          citation :
          Citation de unplusun




          P.S. J’espère maintenant que utopiste ne va pas se froisser, d’autant que je trouve son message (dans la file PSYTRADE : le trader et la peur) très positif. En particulier, il introduit le thème des lectures sur lequel, il me semble, il faudra ouvrir une file un de ces jours.





          Nullement froissé. J'ai aussi de l'humour. Ca aide à vivre; et à trader ? !
          Je suis vos files en lecteur attentif

          cordialement
          jf

          Commentaire


          • #6

            Parcourant les listes PSYTRADE en me demandant si je n’ai pas indûment laissé de côté un thème intéressant, je rebondis sur le mot « actionite » utilisé ci-dessus par Ovni.
            Rapprochons-le de quelques notions « classiques » qui peuvent être utiles à l’occasion et, pourquoi pas ? dans le trading…

            L’activisme, la violence, l’agitation

            Davantage inspiré par le besoin de structurer le temps que par ses objectifs, l’activiste fait prévaloir le rythme sur le but.
            Il peut ainsi tomber dans la violence (trop en faire au risque de rupture) et/ou l’agitation (le but a disparu, il ne reste plus que le ryhme, d’autant plus rapide qu’il doit faire oublier que l’objectif est perdu de vue).

            La solution ? Comme à chaque fois : s’avouer ses émotions, les dénouer, reconnaître la réalité, l’analyser au besoin, se recentrer sur ses objectifs, en traitant explicitement le temps et la vitesse ou le rythme comme des moyens, à utiliser avec discernement, parmi d’autres.

            Commentaire


            • #7
              Quelques commentaires sur le post d'orgine de 1+1

              «Encore faut-il les (mouvements de bourse) anticiper correctement.»

              Vouloir anticiper les mouvements de la bourse, c’est comme vouloir prévoir l’avenir et, chacun sait que, dans l’absolu, c’est largement voué à l’échec, ou du moins soumis à une probabilité de réussite faible.

              Par contre, ce que l’on sait et dont on peut être certain est une lapalissade : la bourse peut stagner, progresser ou régresser.

              Au lieu de vouloir prévoir ce que va faire un titre ou un marché, on peut prendre une hypothèse de variation reposant sur une conviction individuelle ; il s’agit ensuite d’adopter une technique qui permette de savoir ce que l’on fera si le marché vient à vouloir contrer notre option (rapidité de sortie du marché), ou bien s’il se comporte de façon favorable par rapport à cette option (méthode de préservation des gains).


              «... avec la rapidité de réflexe et la sûreté de geste d’un grand professionnel de saisir l’opportunité pour faire, (de temps à autre), l’intervention opportune qui, par sa précision et la qualité de son timing, produira, dans la bonne direction, l’effet le plus juste, peut-être décisif, pour la dépense d’énergie la plus faible.»

              J’adopterais bien cette phrase, mais en la modifiant légèrement :
              - en remplaçant le «de temps en temps» par «le plus souvent possible»
              - en pondérant un le «dans la bonne direction» et lui précédant «si possible ».


              «Quoi que je fasse ou ne fasse pas, le marché s’en fout complètement.»

              Cette perception tient à un effet de taille, car l’ordre de particulier que l’on va placer, n’est pas d’une taille suffisante pour avoir une incidence directe sur la variation du support sur lequel on intervient.

              Les prises de position retenues par un fonds de pension auront toutefois une incidence tout à fait différente ; la préoccupation du gestionnaire sera d’ailleurs de ne pas faire chavirer trop vite ce support, de telle sorte que le marché soit en mesure d’absorber les ordres transmis.

              Commentaire


              • #8
                salut Neo,

                Tjrs tres judicieux tes commentaires.

                Si on ne maitrise pas le sujet techniquement, on a forcemment peur.

                Le problème c'est que bcp s'imagine pouvoir prédire le marché avec l'analyse technique et des centaines d'indicateurs qui disent tous la même chose, ben le problème c'est que le marché il s'en fout mais c'est amusant comme divertissement.

                Le trading comme tu le dis c'est de voir la reaction du marché sur des niveaux et de prendre position avec un stop, je prefére les volumes aux indicateurs c'est juste là-dessus que je diverge

                Commentaire


                • #9
                  YL 100% d'accord avec toi (j'avais pas tout lu ), il n'avance pas au hasard, il réagit à certaines choses que l'on ne connait pas forcemment la veille et qui ne st pas tjrs ds le graphe de la veille c'est Madame Irma qui le sait la veille

                  Commentaire


                  • #10
                    "Mais il ira dans 99 % des cas.

                    Par exemple on est à 100 je suis sûr qu'il doit passer par 75 mais
                    entre temps il transitera peut-être par 125 (mais faible proba)."

                    Je ne suis pas d'accord avec cette vision des marchés.
                    Et c'est là un des problèmes majeurs de ces messages sur la psy,mème si je dis merci à unplusun qui est très intéressant,certaines erreurs psy de comportement pourront ètre analysées.Mais certaines erreurs de trading ou soit disant erreurs seront faussement analysées suivant l'interprétation que l'on a des marchés puisque certaines notions des marchés seront fausses.

                    Commentaire


                    • #11
                      Ceci étant on peut gagner en trading en ayant des notions fausses de maths,de stats,d'efficience des marchés,de psycho aussi...C'est juste l'analyse du pourquoi ça marche ou pas qui est fausse.Tant que les sous rentrent et que c'est durable...

                      Commentaire


                      • #12
                        Il faudrait définir ce qu'est un bon trader.

                        Moi je crois que c'est quelqu'un qui trade ce qu'il voit et pas ce qu'il pense il analyse des faits réels, il comprend ce qui se passe sur le marché, il sait comment le marché travaille ensuite il cherche un bon point d'entrée par rapport à sa technique propre (scalp,trend, spread etc)

                        Je precise je trade les futures seulement et en intraday et je ne connais pas bien le swing trading.

                        Commentaire


                        • #13
                          Bonjour,

                          Ce que Neo dit est trés juste:

                          1/ avoir un système qui traduit une espérance réelle de gain (différent de la vision subjective des choses)

                          2/ psychologie et discipline pour bien appliquer son système.

                          Mais entre les étapes 1 et 2 il y a un élément malheureusement systématiquement occulté.

                          C'est l'organisation, car sans elle on ne peut pas utiliser rigoureusement son système. Le trading c'est un job et dans tout job il y a une procédure, une routine du quotidien. Or c'est un élément capital qu'il faut travailler. Sans cela on laisse passer de nombreux signaux de qualité et tout frustré on se jète sur des signaux de 2nd rang.

                          Donc d'après ma petite expérience du trading je dirai qu'il faut:

                          1/ avoir un système qui vous donne une espérance de succès gain positive.

                          2/ organiser son travail pour tirer la meilleur utilisation possible de son système

                          3/ être rigoureux et discipliné avec l'utilisation de son système

                          ..... et c'est la où l'on rejoint le thème de la file. En trading systématique (ce que je m'efforce de pratiquer) on ne se concentre pas vraiment sur le marché, mais plutôt sur ses sytèmes qui sont une sorte de "soit parfait face au marché".

                          Je veux dire par là, le trader idéal est un être insensible, froid et objectif face aux différents comportements du marché.
                          Or le trader discrétionnaire est rarement comme ça....alors qu'un système l'est.
                          Cependant le système, c'est moi qui l'est conçu. En fonction de postula subjectif (bien que testé) que j'ai énoncé, de mon bagage psychologique que j'ai inclu dedans (ma tolérance au risque par exemple).

                          Donc je peux affirmer: "mon système est un moi parfait face au marché"

                          Mais maintenant que nous avons ce "moi parfait..." encore faut-il l'exploiter correctement. Une étape trés difficile.
                          D'où un travail sur sa manière de s'organiser pour l'utiliser correctement et un travail sur sa propre psychologie pour justement ne pas faire resortir sa psychologie face au marché, car celle-ci est toujours plus imparfaite que celle mise dans le système. D'où la fameuse nécessité d'être discipliné.

                          Qu'en pensez-vous ?

                          Commentaire


                          • #14
                            salut Portalis

                            j'espère que je serai encore là ds qq années pour te voir gravir les marches une à une, j'ai misé sur toi "le petit"

                            salut à Nemesis , tu me reconnaîtra c'est qd kon trade ensemble

                            Commentaire


                            • #15
                              il y a du beau monde sur ce forum

                              .... le phoenix renaît de ses centres pour apparaître sous une autre forme

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X