Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

Comment les smart contracts ont créé un nouveau système financier décentralisé (DeFi)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Comment les smart contracts ont créé un nouveau système financier décentralisé (DeFi)

    Je suis conscient que de nombreux investisseurs - malheureusement surtout en Allemagne - (doutent) encore des cryptomonnaies. C'est pourquoi on les compare volontiers aux bulbes de tulipes de la "tulipomanie" néerlandaise du XVIe siècle. Mais c'est une bêtise ! D'une part, parce que les cryptomonnaies - contrairement aux tulipes de l'époque - sont revenues après chaque "crash" et ont atteint de nouveaux sommets.

    D'autre part, parce que les cryptomonnaies - comme vous allez le voir - sont déjà en train de détruire notre système financier actuel (encore). Il s'agit d'une disruption - et de telles évolutions disruptives offrent naturellement les plus grandes opportunités aux investisseurs. Les opportunités et les risques sont toutefois toujours les deux faces d'une même médaille, et les risques sont donc également très élevés.

    Mais assez de préambules, passons aux choses sérieuses. Normalement, je devrais commencer ici par définir ce qu'est un Smart Contract. Mais pour comprendre les smart contracts, j'aimerais aller un peu plus loin. En effet, comme je l'ai mentionné au début, les smart contracts ont en principe été introduits avec la naissance d'Ethereum. C'est pourquoi je pense qu'il est essentiel de commencer par un bref aperçu de l'histoire d'Ethereum.

    Ethereum - historique

    Ethereum a été développé sur une idée de Vitalik Buterin. Enfant, ce dernier était un joueur passionné de "World of Warcraft" et avait acquis une épée spéciale dans ce jeu. Mais un jour, il a perdu cette épée parce que le fournisseur (Activision Blizzard) l'a retirée de la circulation. Cela n'a évidemment pas plu au petit Vitalik, qui a d'abord été très déçu et a pleuré.

    Après s'être remis du choc, il a commencé à se demander comment cela avait pu arriver. Il est rapidement arrivé à la conclusion que le problème venait de la commande centrale du jeu. Il était certes possible de jouer au jeu sur Internet, mais le contrôle complet était centralisé chez le fournisseur. Chaque joueur était donc exposé à l'arbitraire du fournisseur, qui pouvait distribuer ou récupérer de tels gadgets à sa guise.

    Si un tel jeu était mis en place de manière décentralisée, le problème serait résolu. Vitalik s'est donc intéressé à la décentralisation et a découvert la cryptomonnaie décentralisée Bitcoin (BTC). Il s'est tout de suite passionné pour le Bitcoin et a imaginé des idées pour l'améliorer encore. C'est ainsi qu'il a eu l'idée des Smart Contracts - et a proposé aux développeurs de Bitcoin de l'étendre en conséquence.

    Contrairement à ce que l'on pouvait attendre, ces derniers ne se sont pas montrés aussi enthousiastes à l'idée de mettre en œuvre cette idée. Ils estimaient certes que l'idée était fondamentalement très bonne. Ils craignaient toutefois que le réseau Bitcoin ne devienne vulnérable, ce qui pourrait même conduire à sa destruction complète. Par conséquent, les propositions de Vitalik Buterin n'ont pas été mises en œuvre et celui-ci a créé son propre projet cryptographique, Ethereum.

    Au début, comme pour le bitcoin, seuls quelques enthousiastes croyaient au succès. Mais Ethereum a fini par arriver sur le marché. Une fois de plus, cela a pris du temps, mais des développeurs allemands ont découvert les possibilités que leur offraient les contrats intelligents. C'est ainsi que la première entreprise purement virtuelle, The DAO (DAO : Decentralized Autonomous Organization), a été créée par l'entreprise allemande Slock.it sur la base d'un Smart Contract.


    Dissolution après un piratage dû à une erreur dans le Smart Contract de The DAO

    Tous ceux qui le souhaitaient pouvaient acheter des parts de The DAO (avec des éthers). Peu remarqués au départ, de plus en plus de gens l'ont fait, si bien que le cours du jeton The DAO n'a cessé de grimper. Le succès a été d'autant plus surprenant que l'entreprise virtuelle n'avait pas encore d'objectif commercial. Celui-ci devait d'abord être déterminé par les actionnaires, chaque action (token) devant avoir une voix. Celui qui avait acheté plus de jetons avait donc aussi plus de pouvoir de décision ("Celui qui paie la musique la décide aussi !").

    Malheureusement, une erreur ("exploit") s'est effectivement produite dès le premier Smart Contract, qu'un "hacker" a finalement pu exploiter. Quelque 3,6 millions d'éthers ont ainsi été rendus inutilisables. Il s'en est suivi un grand débat au sein de la communauté Ethereum pour savoir si et comment il fallait se défendre contre cette attaque. Beaucoup pensaient que le principe "Code is Law" (traduit librement : le code de programmation est la loi) devait s'appliquer et que, puisqu'il s'agissait d'une erreur de programmation, il fallait s'en accommoder.

    Mais c'est finalement la faction de Vitalik Buterin qui s'est imposée et qui voulait corriger l'erreur par une scission dure ("hard fork"). Cela a été réalisé et l'attaque a été repoussée. C'est pourquoi il existe aujourd'hui deux Ethereum, à savoir l'Ethereum Classic (ETC) d'origine et le nouvel Ethereum (ETH). Alors que pour le bitcoin, les hard forks à la Bitcoin Cash (BCH) ou Bitcoin Gold (BTG) jouissent d'une confiance moindre, c'est exactement l'inverse pour l'Ethereum.
    Vous souhaitez acheter et vendre des cryptos de façon simple via un compte bancaire en votre nom ?
    • Les commissions sur les ordres sont extrêmement faibles.
    • Les ordres peuvent être placés 24/24 et 7/7.
    • Le dépôt minimum est de seulement 25 €.
    • Vous trouverez ici de plus amples informations sur cette offre de qualité.
    • En outre, vous pouvez acheter et vendre des actions sur 21 bourses différentes.


    Que sont les smart contracts, que peuvent-ils faire et pourquoi sont-ils si importants ?

    Cela me permet enfin d'en venir aux smart contracts eux-mêmes. Je voudrais bien sûr commencer par une définition. Que sont les smart contracts ?

    Eh bien, les smart contracts (en français : "contrats intelligents") sont des protocoles informatiques qui soutiennent techniquement la négociation de contrats, reproduisent techniquement la logique des dispositions contractuelles et peuvent ainsi vérifier automatiquement le respect des clauses contractuelles. Dans certaines circonstances, cela rend même superflue la fixation écrite d'un contrat (sur papier ou dans un fichier). Pour pouvoir remplir pleinement ces tâches, les smart contracts disposent généralement d'interfaces (utilisateur).

    Grâce à l'utilisation de smart contracts, on tente d'atteindre une plus grande sécurité contractuelle tout en réduisant les coûts de transaction. Cela se fait par l'amélioration des processus contractuels et permet en fin de compte - voir The DAO - de tout nouveaux modèles commerciaux. Ethereum a été la première plateforme de contrats intelligents et reste aujourd'hui encore la plus importante, avec une part de marché estimée à environ 85%. Mais la concurrence ne dort pas, comme nous allons le voir.

    Les smart contracts étaient déjà à la base du boom des ICO/ITO en 2017

    Grâce à Ethereum - l'Ethereum original, aujourd'hui connu sous le nom d'Ethereum Classic, a été lancé en 2015 ; le nouvel Ethereum actuel, quant à lui, n'a été lancé qu'avec le hard fork réussi du 20 juillet 2016 - et à ses smart contracts, de toutes nouvelles possibilités ont été créées, comme l'a montré The DAO. Celles-ci ont été utilisées de manière de plus en plus intensive, notamment au cours de l'année 2017, ce qui a conduit d'une part au boom des ICO/ITO de l'époque et, d'autre part, à la forte hausse des cours sur les cryptomarchés en général.
    Une brève explication s'impose : ICO signifie Initial Coin Offering, ITO Initial Token Offering. Ces deux termes s'inspirent du terme IPO pour Initial Public Offering, qui désigne dans les pays anglo-saxons une introduction en bourse (car dans le cadre d'une introduction en bourse, il y a une offre publique initiale d'achat ("souscription") d'actions). Dans le cas d'une ICO, il s'agit donc de la première possibilité d'acheter un coin, dans le cas d'une ITO, de la première possibilité d'acheter un token.

    La différence, petite mais importante, entre un coin et un token

    Ce qui devrait inévitablement conduire à la question suivante, à savoir quelle est la différence entre un coin et un token. Il est très facile de répondre à cette question : un coin est toujours basé sur une blockchain (propre) appartenant à ce coin, alors qu'un token est basé sur une blockchain étrangère. Si l'on veut, les tokens ne sont qu'une sorte de bon que l'on peut, ou que l'on doit, échanger contre des coins au démarrage de la propre blockchain appartenant à un projet cryptographique.

    Maintenant que nous savons ce que sont les smart contracts et quelle est la différence entre un coin et un token, nous allons voir ce que les smart contracts peuvent et ne peuvent pas faire. Nous constaterons très vite qu'ils ne sont pas si "intelligents" en soi.
    Les investissements dans les actifs numériques sont considérés comme des investissements hautement spéculatifs et très volatils et peuvent donc ne pas convenir à tous les investisseurs. Chaque investisseur devrait examiner attentivement si les actifs numériques lui conviennent, éventuellement avec l'aide de conseils externes. Assurez-vous de bien comprendre chaque actif numérique avant de le négocier.

    "Ce qui semble trop élevé et risqué à la majorité monte généralement plus haut, et ce qui semble bas et bon marché descend généralement plus bas".

    - William O'Neil -



  • #2
    Ce que les smart contracts peuvent et ne peuvent pas faire - c'est pourquoi ils ne sont pas encore si "intelligents", mais ils le deviendront (avec l'aide d'Oracles) !

    En principe, les smart contracts reproduisent des contrats réels et peuvent (sur)vérifier automatiquement les clauses contractuelles. Le problème est toutefois que pour vérifier les clauses contractuelles, on a souvent besoin de données supplémentaires. Des données qui doivent être fournies au Smart Contract via une interface (de données) correspondante. Prenons un exemple : un Smart Contract doit reproduire un pari sportif sur l'issue de la finale de la Coupe du monde de football 2022.

    L'équipe A y joue contre l'équipe B (au Qatar). Quelqu'un a parié sur une victoire de l'équipe A. Si l'équipe A gagne effectivement, la mise est remboursée ainsi que +95% de bénéfice. Si l'équipe A ne gagne pas (et donc automatiquement l'équipe B), rien ne doit être remboursé. En fait, c'est simple, sauf que... pour que le Smart Contract puisse vérifier si un paiement doit être effectué ou non, il doit connaître - à la fin du jeu - le résultat du jeu.

    C'est précisément pour fournir de telles données à un Smart Contract qu'il existe désormais des projets (cryptographiques) spéciaux. En effet, de telles données sont appelées "oracles" dans le jargon technique. Le projet Oracles le plus ancien, le plus grand et le plus connu est Chainlink (LINK). Le concurrent le plus sérieux de Chainlink est en revanche le Band Protocol (BAND), soutenu par Sequoia Capital. Vous ne connaissez pas Sequoia Capital ?

    Eh bien, Sequoia Capital est l'un des investisseurs de start-up les plus connus de la Silicon Valley et a participé à l'époque à la création d'Apple et, bien des années plus tard, de Google (qui fait aujourd'hui partie d'Alphabet). Band Protocol (BAND) est l'un des premiers projets cryptographiques dans lequel Sequoia Capital a investi, de sorte qu'il devrait être très intéressé par le succès de ce projet. Chainlink montre la voie à suivre.

    En règle générale, Chainlink a au moins deux à trois ans d'avance sur Band Protocol. Mais il se peut que ce retard puisse être rattrapé plus rapidement que l'on ne pourrait le supposer. Car jusqu'à présent, de tels projets d'oracles, Chainlink en tête, se sont concentrés sur des oracles dits statiques. Le résultat de la finale de la Coupe du monde en serait un, car il est définitivement fixé à la fin du match.

    Il en irait autrement pendant le match. Ici, le résultat peut changer en permanence, de sorte que de nouvelles données devraient être fournies en permanence, celles-ci seraient donc dynamiques. Chainlink a déjà annoncé qu'elle se concentrerait à l'avenir davantage sur de tels oracles dynamiques. Mais le développement ne fait que commencer et Band Protocol travaille déjà sur ce thème.

    Comme je considère les oracles dynamiques comme plus importants au final, je trouve les deux projets passionnants. À la différence près que la capitalisation boursière de Chainlink s'élève déjà à des dizaines de milliards de dollars US, alors que Band Protocol vaut encore bien moins d'un milliard de dollars US !



    D'autres plateformes de smart contract intéressantes...

    Avant de conclure mon article d'aujourd'hui, j'aimerais encore aborder un sujet que j'ai déjà brièvement évoqué, à savoir les alternatives à Ethereum. Comme je l'ai écrit, la part de marché d'Ethereum est encore d'environ 85%. Mais cela signifie aussi que les concurrents d'Ethereum se partagent encore 15% du marché.

    Il s'agit de : Cardano (ADA), qui est actuellement à nouveau considéré comme le "tueur d'Ethereum" numéro 1, ainsi que, logiquement, Ethereum Classic (ETC). Mais il y a aussi Tron (TRX), EOS ou Tezos (XTZ) et quelques autres. Dans ce contexte, il ne faut pas oublier l'"Ethereum de Chine", à savoir NEO. NEO occupe toutefois une position particulière.

    En effet, NEO a conclu un accord avec la direction communiste chinoise. Dans le cadre de cet accord, la société s'est soumise aux communistes en ce sens que ceux-ci ont accès à la blockchain NEO et donc à toutes les données en cas de besoin. En contrepartie, NEO est autorisé en Chine, contrairement à Ethereum par exemple. En matière de crypto-monnaies, la République populaire suit donc une voie similaire à celle des grands groupes technologiques. On cloisonne le marché et on encourage les projets nationaux s'ils se soumettent.

    DeFi - ou pourquoi les Smart Contracts sont si importants

    Je peux donc maintenant arriver lentement à la fin de mon article. Toutefois, je peux déjà vous dire qu'il s'agit d'une fin ouverte. En effet, on pourrait écrire un livre entier sur le thème de la Decentralized Finance, ou DeFi. Voyons voir, peut-être le ferai-je même. Après tout, j'ai déjà écrit un livre sur les crypto-monnaies et le "crypto-trading".

    Mais revenons au sujet du DeFi. En effet, les Smart Contracts ne peuvent pas seulement être utilisés pour les ICO/ITO, mais ils permettent également de mettre en place un tout nouveau système financier (décentralisé). C'est précisément ce qui a déjà été fait, même si le grand public n'en a peut-être pas encore pris connaissance. Ce nouveau système financier décentralisé est bien entendu basé sur les crypto-monnaies, en premier lieu le bitcoin et l'éther.

    Dans le cadre de ce nouveau système financier décentralisé, il existe des (crypto)bourses décentralisées (DEX, abréviation de Decentralized Exchanges). la possibilité de contracter ou d'octroyer des crypto-crédits (Lending, sur le modèle des plateformes de crédit P2P) ou encore de placer son (crypto)argent - comme autrefois sur le livret d'épargne - contre des intérêts (Staking ou Yield Farming). Si vous êtes de la jeune génération et que vous ne savez pas ce que sont les intérêts, faites une recherche sur Google.

    Dans ce système financier, on trouve donc tout ce qui existait - du moins autrefois - dans notre système financier traditionnel, à une seule exception près : les banques et autres intermédiaires financiers. Mais Bill Gates aurait déjà dit un jour : "We need banking, but we don't need banks ! Ou comme on dit dans le milieu de la cryptographie : "Be your own bank ! Je pense que c'est une belle conclusion pour mon article.


    Commentaire

    Chargement...
    X