Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

La paire de devises de la semaine : EUR/NZD

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La paire de devises de la semaine : EUR/NZD


    Compte tenu de la différence de politique en matière de taux d'intérêt et des inquiétudes liées au coronavirus en Europe, il est possible que l'EUR/NZD s'oriente à la baisse.

    L'euro a été frappé ces derniers temps sur deux fronts :
    • L'extrême dovishness de Christine Lagarde à l'égard de la position de la BCE.
    • La réapparition du coronavirus.

    Christine Lagarde s'est exprimée la semaine dernière devant le Congrès bancaire européen de Francfort. Elle a déclaré que même si l'inflation était malvenue et douloureuse, la BCE ne devait pas se précipiter dans un resserrement prématuré. En outre, elle a ajouté que l'inflation allait probablement augmenter jusqu'à la fin de l'année. Le taux d'inflation d'octobre était de 4,1 % en glissement annuel. La BCE vise une inflation de 2 % ! Cependant, elle a déclaré que "les conditions pour relever les taux sont très peu susceptibles d'être remplies l'année prochaine". Le programme d'urgence de la BCE en cas de pandémie (PEPP) doit expirer à la fin du mois de mars 2022. Lors de la prochaine réunion de la BCE, prévue le 16 décembre, les membres fourniront des prévisions non actualisées concernant la croissance et l'inflation. Lors de la réunion de novembre, Mme Lagarde a indiqué qu'elle s'attendait à ce que le PEPP prenne fin comme prévu et que les membres discuteront de nouvelles alternatives possibles d'achat d'obligations lors de la réunion de décembre !

    Le coronavirus est de retour en Europe, avec ce que certains appellent une quatrième vague. L'Autriche a fermé ses portes pour 20 jours, à partir d'aujourd'hui. L'Allemagne est prête à réimposer des restrictions et n'a pas exclu un nouveau confinement ! En plus de l'Autriche et de l'Allemagne, de nouveaux records sont établis pour le nombre quotidien de nouveaux cas de Covid en République tchèque, aux Pays-Bas et en Belgique. Non seulement les Européens doivent s'inquiéter du virus, mais les émeutiers sont désormais nombreux à s'opposer aux restrictions sociales et aux mesures de confinement. Y aura-t-il d'autres lockdowns à venir ?

    Une autre chose à surveiller cette semaine en Europe : le renforcement des forces militaires russes à la frontière de l'Ukraine. Vont-elles entrer en Ukraine ? Rappelons qu'en 2014, les forces russes ont annexé la Crimée à l'Ukraine. L'euro pourrait évoluer en fonction de l'incertitude.

    Les tendances économiques semblent aller dans la direction opposée en Nouvelle-Zélande, bien que l'inflation soit également élevée. Lors de la dernière réunion de la RBNZ, le comité a déclaré s'attendre à ce que l'inflation augmente à 4% à court terme et retombe à 2% à moyen terme. Les prévisions d'inflation des entreprises pour le quatrième trimestre ont augmenté à 2,96 % contre 2,4 % précédemment. Pour le troisième trimestre, la lecture était de 2,27%. L'évolution de l'emploi au T2 a été de +2% contre +0,4% attendu et le taux de chômage a baissé de 3,9% à 3,4%. On s'attend à ce que la RBNZ augmente son taux de 25 points de base. Mais les traders spéculent également sur une hausse de 50 points de base !

    En mars 2020, l'EUR/NZD a atteint un sommet de 1,9932 et n'a cessé de baisser depuis. Cependant, depuis le début de 2021, la paire évolue dans un canal latéral entre 1,6307 et 1,7152. À mesure que les prévisions de relèvement des taux d'intérêt par la BCE au cours de l'année prochaine ont diminué, l'EUR/NZD a commencé à baisser. Le 19 octobre, la paire a cassé le canal. Lorsque la paire a atteint le retracement de Fibonacci de 61,8 % entre les plus bas d'avril 2015 et les plus hauts de mars 2020 près de 1,6285 et que le RSI est passé en territoire de survente, elle s'est consolidée, formant une configuration en drapeau. Le 16 novembre, l'EUR/NZD a cassé le drapeau et vise désormais 1,5575.

    EUR NZD graphique journalier.

    Source : Tradingview

    Sur une échelle de temps de 240 minutes, l'EUR/CHF maintient un support au niveau de l'extension de Fibonacci de 127,2 % entre les plus bas du 24 février et les plus hauts du 20 août, près de 1,6090. Un support supplémentaire se trouve à 1,5900 (voir journalier) et à l'extension de Fibonacci de 161,8% de la période mentionnée précédemment à 1,5803. La résistance se situe aux récents sommets près de 1,6343, puis à la moyenne mobile de 200 jours à 1,6432.

    EUR NZD UT 240 minutes

    Source : Tradingview

    Si Christine Lagarde et la BCE continuent d'être dovish à l'approche de la réunion du 16 décembre, l'euro devrait continuer à baisser. Et, si les prévisions d'inflation lors de la réunion sont plus élevées et les prévisions de croissance plus faibles, cela devrait également ajouter de la pression à l'euro. La RBNZ se réunit mercredi. La question n'est pas de savoir s'ils vont augmenter les taux, mais s'ils vont augmenter de 25 ou 50 points de base. Quoi qu'il en soit, compte tenu de la différence de politique en matière de taux d'intérêt et des préoccupations actuelles liées au coronavirus en Europe, il est possible que l'EUR/NZD se dirige vers la cible du drapeau !
Chargement...
X