Annonce

Réduire
 
Aucune annonce.

PeakOil 2007-2015

Réduire
 
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #46
    Bonjour scrutateur

    Tu fais bien de mentionner la problématique des pays émergents.
    ceux-ci devraient effectivement en souffrir beaucoup plus que nous.
    Il suffit de s'intéresse à ce qui se passe en ce moment en Indonésie, pays autrefois exportateur de pétrole, pour voir l'impact que celà pourra avoir sur leur économie.

    Bonne journée

    Commentaire


    • #47

      REUTER :
      "Top oil exporter Saudi Arabia may fall behind its schedule to raise output capacity by 1.5 million barrels per day (bpd) by 2009 due to shortages of oil rigs and equipment, a former top official at Saudi Aramco told Reuters. "


      Schlesinger , ancien directeur de la CIA, ancien ministre US de la défense en 1973 :

      "So it was with some surprise that participants in last week's oil summit in Rimini, Italy, heard Mr Schlesinger give a speech warning of a grave threat to the world economy from a coming peak in oil production.
      Addressing a select audience that included oil ministers and senior officials from the oil cartel Opec, the energy watchdog International Energy Agency, and the UN, plus advocates of a premature oil peak such as the former British cabinet minister Michael Meacher, Mr Schlesinger offered a graphic analogy.
      The peak-oil threat and the response to it are reminiscent, he said, of the rumbles under Vesuvius and the reaction to them of its hapless residents. "The peak or plateau is coming," he said.
      ....

      Commentaire


      • #48

        Une révélation du président de la compagnie pétrolière Koweitienne Farouk Al Zanki : le 2 ème gisement pétrolier du monde, Burgan, a atteint son pic de production.

        The peak output of the Burgan oil field will now be around 1.7 million barrels per day, and not the two million barrels per day forecast for the rest of the field's 30 to 40 years of life, Chairman Farouk Al Zanki told Bloomberg.

        He said that engineers had tried to maintain 1.9 million barrels per day but that 1.7 million is the optimum rate. Kuwait will now spend some $3 million a year for the next year to boost output and exports from other fields.




        à lire ici :
        http://www.ameinfo.com/71519.html

        Commentaire


        • #49

          Un éclairage intéressant celui de JAMES SCHLESINGER ancien ministre de la Défense des Etats-Unis devant la commission des affaires étrangères du Sénat américain le 16 novembre dernier :

          http://www.peakoil.net/Publications/JimSchlesinger...

          Vous retiendrez en particulier :

          In the decades ahead, we do not know precisely when, we shall reach a point, a plateau or peak, beyond which we shall be unable further to increase production of conventional oil worldwide. We need to understand that problem now and to begin to prepare for that transition.

          The underlying problem is that for more than three decades, our production has outrun new discoveries. Most of our giant fields were found forty years ago and more. Even today, the bulk of our production comes from these old—and aging—giant fields. More recent discoveries tend to be small with high decline rates—and are soon exhausted.

          Mr. Chairman, the upshot is, quite simply, that, as the years roll by, the entire world will face a prospectively growing problem of energy supply.

          Spare production capacity has essentially disappeared. This reflects the volatility of oil prices, which has led to a low rate of investment in new capacity, as well as an unexpected surge of demand, particularly from China and the United States.

          By about 2010, we should see a significant increase in oil production as a result of investment activity now under way. There is a danger that any easing of the price of crude oil will, once again, dispel the recognition that there is a finite limit to conventional oil. In no way do the prospective investment decisions solve the long-term, fundamental problem of oil supply.

          In the longer run, unless we take serious steps to prepare for the day that we can no longer increase production of conventional oil, we are faced with the possibility of a major economic shock—and the political unrest that would ensue.

          ..........

          Commentaire


          • #50
            Plus forte baisse de production US depuis ....... 50 ans
            --------------------
            U.S. crude oil production falls 6.6% in 2005
            By Rex Nutting, MarketWatch
            Last Update: 10:23 AM ET Jan. 19, 2006



            WASHINGTON (MarketWatch) -- The United States imported record amounts of refined petroleum in 2005 to make up for the biggest decline in U.S. oil production since 1949, the American Petroleum Institute said Thursday.

            For all of 2005, U.S. crude oil production fell 6.6% to 5.06 million barrels a day, the largest percentage decline in more than 50 years. Imports of crude oil declined marginally to 10 million barrels a day, while imports of refined petroleum soared 13.9% to a record 3.48 million barrels a day. ...

            -----------------------------------

            Les gros mensonges sur le niveau des réserves ... dites inépuisables .... commencent à être révélés !


            ------------
            REUTERS- 20 Jan 2006

            LONDON - OPEC producer Kuwait's oil reserves are only half those officially stated, according to internal Kuwaiti records seen by industry newsletter Petroleum Intelligence Weekly (PIW).

            "PIW learns from sources that Kuwait's actual oil reserves, which are officially stated at around 99 billion barrels, or close to 10 percent of the global total, are a good deal lower, according to internal Kuwaiti records," the weekly PIW reported on Friday.

            It said that according to data circulated in Kuwait Oil Co (KOC), the upstream arm of state Kuwait Petroleum Corp, Kuwait's remaining proven and non-proven oil reserves are about 48 billion barrels.

            Officials from KOC were not immediately available for comment to Reuters.

            PIW said the official public Kuwaiti figures do not distinguish between proven, probable and possible reserves.

            But it said the data it had seen show that of the current remaining 48 billion barrels of proven and non-proven reserves, only about 24 billion barrels are so far fully proven -- 15 billion in its biggest oilfield Burgan.

            Kuwait has been adding up to 500 million barrels a year at Burgan which means the remaining non-proven reserves of some 5.3 billion barrels will likely be upgraded to proven, according to PIW.

            Commentaire


            • #51
              Si ces chiffres montrent bien que l'état correct des stocks américains est principalement dû aux importations records des produits distillés, je ne suis pas sur que la baisse de production de brut des USA en 2005 soit significative. La chute est principalement due aux effets des cyclones Rita et Katrina. Si, l'année prochaine, le golfe du Mexique est épargné, la production montrera une vigoureuse croissance par rapport à 2005, et qui ne sera pas plus significative. Plus importante est l'inexorable déclin moyen de la production US depuis 1973, à peine enrayée quelques années par l'exploitation du pétrole de l'Alaska.

              En ce qui concerne le Koweit, il faut être certain que ces informations soient vérifiées, mais les sources semblent crédibles. La Petroleum Intelligence Weekly est une des 4 ou 5 revues professionnelles parmi les plus sérieuses et l'information est reprise par des organismes comme Reuters ou Schlumberger
              http://realtimenews.slb.com/news/story.cfm?storyid...

              Sous réserve (!) qu'elles soient confirmées, ces informations sont effectivement très intéressantes à plus d'un titre.

              Bien entendu, ce n'est absolument pas une surprise pour tous les spécialistes que les chiffres officiels des réserves d'un des pays de l'Opep se révèlent faux. Il a été relaté ici à de nombreuses reprises comment ils ont été établis dans les années 1985-90. Ce qui est plus étonnant (l'est-ce vraiment ?), c'est que ces chiffres aient été recopiés d'année en année depuis 20 ans par les organismes officiels, sans pratiquement de mise en doute. Dans leurs derniers rapports le BP Statistical Review, Oil and Gas Journal (janvier 2006), et World Oil, établissaient toutjours les réserves du Koweit sur ces niveaux entre 99 et 104 milliards de barils.
              http://www.eia.doe.gov/emeu/international/reserves.html


              L'information nouvelle serait la valeur réelle de l'estimation des réserves par les Koweitiens : 48 Milliards de barils, dont 24 seulement seraient "prouvés" !

              Il est intéressant de remarquer que les spécialistes du peak-oil avaient essayé d'établir le montant des réserves du Koweit de plusieurs manières différentes :

              - Jean Lahérrere utilise la technique des "courbes d'écrémage" ("creaming curve") lui permettant par la suite de comparer découvertes cumulées et production cumulée. En 2002, il estimait ainsi les réserves du Koweit à environ 55 milliards de barils.
              http://www.peakoil.net/Kuwait.html


              - Campbell estime également qu'elles sont de cet ordre de grandeur
              58.5 dans son étude historique du Koweit de février 2004 :
              http://www.peakoil.ie/downloads/newsletters/newsle...
              55 milliards de barils plus récemment : http://www.peakoil.ie/newsletters/631
              Il utilise, entre autres, les arguments développés dans un très intéressant article daté de mars 2004 :
              http://www.peakoil.ie/downloads/newsletters/newsle... ,
              où sont re-estimées les réserves des pays de l'Opep en partant des chiffres des compagnies occidentales au moment où elles ont été chassées des pays producteurs (début des années 1970). Or, on dispose pour de nombreux champs exploités par les majors d'un recul suffisant pour comparer la quantité de pétrole effectivement extraite par rapport à l'évaluation de départ. Cette re-évaluation se situe entre 30 et 50% (du fait de premières estimations conservatrices et progrès technologiques). On ajoute alors cette valeur, plus les éventuelles nouvelles découvertes, puis on retranche la production réalisée dans l'intervalle (depuis 1970). Cela donne pour le Koweit entre 63 et 73 milliards de barils. A noter que le Koweit est le pays de l'Opep (avec l'Arabie saoudite), qui a le moins re-évalué ses réserves.

              - Certains disciples de King Hubbert utilisent la méthode dite de "linéarisation d'Hubbert". C'est un peu technique, mais en gros il s'agit de reporter en ordonnée le rapport production annuelle/production cumulée et en abcisse la production cumulée. On aboutit (lorsque certaines conditions de départ sont remplies), après une période initiale erratique, à une droite dont l'intersection avec l'axe des abcisses donne une estimation de la production totale.
              Stuart Staniford vient de produire une telle analyse pour le Koweit (il faut reconnaître que la courbe pour ce pays est moins convaincante que pour d'autres et que la méthode est très imprécise) :
              http://www.theoildrum.com/story/2006/1/20/193723/259

              Il trouve une production totale de 76 milliards de barils auxquels il faut amputer les 36 milliards de barils déjà produits ce qui donne 40.

              On voit donc que les estimations des "pessimistes" se révèleront peut-être trop optimistes. On estimait que les réserves de l'Opep avaient été surestimées de 300 milliards de barils (10 ans de production annuelle). Le chiffre réel est peut-être encore largement supérieur.

              J'ai souvent critiqué ici les "experts" qui rassurent le public en parlant de l'augmentation régulière des réserves depuis 30 ans ou des fameux "40 ans de réserves". Par exemple :
              ---------
              http://www.pro-at.com/forums/topic.asp?TOPIC_ID=13...
              Au sujet du rapport "La problématique des réserves"

              "... et contrairement à ce qu'on pourrait penser les réserves identifiées (ou prouvées) n'ont jamais été aussi importantes qu'à l'heure actuelle ..."

              Si dans un article, je lis cette phrase sans que l'on précise :
              - que "prouvé" ne signifie aucunement que l'on a prouvé la présence de ce pétrole, chaque producteur ayant sa propre définition : de : "exploitable aux conditions actuelles économiques et techniques" (en général sous-estimation) à "je vous le dis, faites moi confiance"
              - que vers la fin des années 80, les pays de l'Opep ont brusquement augmenté ces réserves de 300 milliards de barils (plus du quart des réserves "prouvées" actuelles !), sans qu'aucune découverte majeure n'ait été effectuée à ce moment là
              - que depuis 1990, leurs réserves sont restées pratiquement inchangées, ce qui signifie que, par une série de coïncidences extraordinaires, les nouvelles découvertes ont, année après année, compensé exactement les quantités produites
              - que depuis 25 ans, on découvre en réalité chaque année moins de (nouveau) pétrole que l'on en produit : 4 fois moins en 2003 ; c'était 2 fois plus en 1970 et 4 fois plus dans les années 60.
              - que ces augmentations de réserves sont donc principalement des réévaluations ou des prises en compte de ressources déjà connues. Exemple : lorsque l'on prendra en compte la totalité des 320 milliards de barils de sables bitumineux du canada (connus depuis des décennies) les réserves vont augmenter de plusieurs "années de production".

              c'est que soit, l'auteur ne connait pas bien le sujet, soit qu'il cherche délibérément à tromper.
              -----------
              Nous verrons dans les prochains mois s'ils tiendront toujours ce discours.

              Tout aussi intéressants seront les prochains rapports des organismes des références, par exemple le BP Review de juin prochain. Même s'ils diminuent les réserves du Koweit (qui vraisemblablement soutiendra mordicus son chiffre de 99 milliards de barils), il pourront facilement faire à nouveau croître les réserves mondiales en incluant les nouveaux 200 milliards de barils de l'Arabie Saoudite ou une part croissance des sables bitumineux canadiens.

              Les graphes sont tirés des articles cités. Merci aux auteurs.

              Commentaire


              • #52
                On pourrait se demander pourquoi Boeing et Airbus produisent autant d'avions.

                Commentaire


                • #53
                  parce qu'ils consomment beaucoup moins que ceux de la génération d'avant

                  Commentaire


                  • #54
                    ..... l'intervention US en Iran urge donc.... sous couvert d'armes de destruction massive.

                    Commentaire


                    • #55
                      le Pakistan , pas de pétrole, n'a jamais urgé.. .
                      Le Vénézuela commence à urger, le Nigéria aussi.... vont bien avoir un jour
                      ou l'autre un dossier d'armes de destruction massive qui va sortir.

                      Commentaire


                      • #56
                        Je pensais aussi à un truc...
                        Desmaret, le PDG de TOTAL a exercé ses stocks options le 12/01.
                        Vu l'influence que doit avoir les cours du brut sur l'action TOTAL, a-t-il choisit ce moment là par hasard, ou pensait-il que les cours du brut sont au plus haut et devraient redescendre (comme l'action TOTAL)?
                        Il est qd même bien placé pour le savoir... (il doit y avoir pas mal d'experts de l'AT et de l'AF, à TOTAL).
                        Mais il ne s'agit que d'une piste, pas d'un argument tangible, évidemment.
                        Et la corrélation entre le cours du brut et l'action TOTAL n'est peut-être pas très étroite non plus, d'autres facteurs pouvant aussi influer.

                        Commentaire


                        • #57
                          @HerveP What's up today ?
                          Compte TWITTER / Page FACEBOOK / Chaine YOUTUBE / Compte LINKEDIN

                          Commentaire


                          • #58
                            2015 risque d?être l?année du pic pétrolieret des limites physiques de la croissance | Oil Man

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X