Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

Pétrôle : objectif 100 USD fin 2008

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pétrôle : objectif 100 USD fin 2008



    Retrouvez cette analyse sur mon blog ici :

    http://www.trendis-yourfriend.com/2008/07/ptrle-ob...

  • #2
    vas y ..shorte à mort..tu nous raconteras le résultat.....bon courage

    Commentaire


    • #3
      Ton Blog est Trend is your Friend, et tu vois l'oil à 100$ ?

      Commentaire


      • #4
        Citation de : serge.harimax (au 08-07-2008 19:52:42)

        Ton Blog est Trend is your Friend, et tu vois l'oil à 100$ ?



        excellent!

        Commentaire


        • #5
          Bonsoir

          100$ c'est peut être encore très optimiste ...

          Je me suis amusé l'autre jour à ce petit décompte en elliott

          à voir ici .

          A+

          Commentaire


          • #6
            Citation de : chris83 (au 08-07-2008 19:15:33)

            vas y ..shorte à mort..tu nous raconteras le résultat.....bon courage



            Non seulement Edouard Geneva a raison mais j’ajouterais meme que le petrole VA aller voir les 35-40 USD d’ici 2010 ! Et vu le niveau intellectuel des participants de cettte file, Je vous snobe, pour ne pas dire autre chose, je ne ne me donne meme pas la peine d’expliquer plus en details!

            Commentaire


            • #7
              desole Roque, nos messages se sont croisés, tu n'etaiq pas concerné!

              Commentaire


              • #8
                Citation de : abyss (au 08-07-2008 22:26:20)

                Citation de : chris83 (au 08-07-2008 19:15:33)

                vas y ..shorte à mort..tu nous raconteras le résultat.....bon courage



                Non seulement Edouard Geneva a raison mais j’ajouterais meme que le petrole VA aller voir les 35-40 USD d’ici 2010 ! Et vu le niveau intellectuel des participants de cettte file, Je vous snobe, pour ne pas dire autre chose, je ne ne me donne meme pas la peine d’expliquer plus en details!




                entierement ok, on va repasser sous 100, restest des 80 $ très très probable....

                Steph

                Commentaire


                • #9
                  des graphes? merci...

                  j'ai vu celui de roque sinon...

                  Commentaire


                  • #10
                    Citation de : serge.harimax (au 08-07-2008 19:52:42)

                    Ton Blog est Trend is your Friend, et tu vois l'oil à 100$ ?



                    excellent!


                    Une consolidation n'annule pas un trend

                    Elle permet meme la suite du trend.

                    Pourquoi alors critiquer ?

                    Comme tous les prix reviennent sur leur MMobiles, la mm150 ou + sont bien au niveaux des 100§.

                    Commentaire


                    • #11
                      Trend is your friend until the end...

                      Non, nous somme ici dans une pure spéculation qui a contribué à anéantir la croissance : nous somme en plein délire spéculatif...



                      Commentaire


                      • #12
                        bonjour,

                        graphiquement, voici ce que cela donne en hebdo :



                        - les indicateurs plaident daily (pas hebdo) aussi pour une correction
                        - retour possible sur le trend noir
                        - ensuite si cassé, sur le support MT vert qui se situe effectivement juste au-dessus de 100.

                        Ceci dit, vu la volatilité et rapidité de chute et rebond suivant(quand elle survient) je ne me risquerais pas le moins du monde sur un trade short; encore moins en entendant les bruits de bottes.
                        Je ne le vois pas descendre sous le trend noir tant que les bruits sus-mentionnés se feront entendre; récession ou tout ce que vous voulez, rien n'y fera.

                        Si par le plus grand des hasards, un vent favorable le ramènerait vers 100, je prendrai volontiers une brouette de long

                        bav

                        Commentaire


                        • #13
                          Nouveau coup de semonce sur un marché pétrolier en surchauffe





                          ENERGIE. Le prix du pétrole décroche de 10 dollars depuis ses records de jeudi. La baisse touche d'autres matières premières. La décélération des besoins mondiaux est prise plus au sérieux.


                          Pierre-Alexandre Sallier
                          Mercredi 9 juillet 2008



                          L'exubérance irrationnelle cède la place à la nervosité depuis le début de la semaine sur les marchés internationaux où s'échange la principale source d'énergie. Hier en fin d'après-midi, un baril de brut se traitait 136 dollars à New York, soit 7% de moins que le record de 145,85 dollars touché jeudi dernier.

                          La baisse ne se limite pas aux hydrocarbures et touche aussi bien l'or que l'argent, le cuivre ou le maïs. Cette semaine, l'indice S & P GSCI - qui reflète le prix moyen des matières premières - affiche ainsi un recul de 6,4%. «Quelque chose de plus puissant que le simple apaisement des tensions entre l'Iran et Israël semble [donc] à l'œuvre dans cette baisse du pétrole», estime John Kilduff, responsable des risques énergétiques chez MAN Financial à New York. De la même manière, l'argument d'un regain de vigueur du dollar - dont la faiblesse était censée expliquer la vague d'achat de pétrole - ne semble suffire.

                          Certains spécialistes commencent à mettre en avant le changement d'ambiance sur un marché jusque-là obnubilé par l'insuffisance de la production pétrolière.

                          Destruction de la demande

                          Les mauvais chiffres en provenance de l'industrie allemande sont venus rappeler lundi que l'activité décélère, aux Etats-Unis mais aussi en Europe. Et «les signaux de destruction de la demande de carburants aux Etats-Unis - en raison du niveau atteint par les prix à la pompe - commencent à être pris au sérieux», ajoute Olivier Jakob, qui suit les pulsations du marché de son cabinet d'analyse Petromatrix, à Zoug.

                          Le changement d'attitude des raffineries américaines montre que ce phénomène est bien réel. Les marges que celles-ci réalisent sur la production d'essence sont en effet devenues pratiquement nulles, en raison du ralentissement de la demande de carburant. Le prix d'un baril de super étant équivalent à celui du baril de brut, les raffineries reportent depuis plusieurs semaines leur effort de production sur les «distillats» - le gasoil ou le fioul domestique - pour les exporter vers l'Asie ou l'Amérique latine.

                          Plus de paris à la baisse

                          Ce changement d'ambiance commence à jouer en faveur des spéculateurs «shortant» le brut, c'est-à-dire pariant sur la baisse des cours, attitude considérée jusque-là comme insensée. Et pourtant ceux-ci n'avaient jamais totalement disparu. Le dernier rapport de la CFTC, le gendarme de la bourse new-yorkaise des hydrocarbures, montre que les fonds identifiés comme des «grands spéculateurs» ont même davantage accru leurs positions «short» que leurs achats de brut, la semaine dernière. «Ces grands spéculateurs restent sur les bas-côtés du mouvement haussier depuis plus d'un mois», ajoute Olivier Jakob.

                          Autre signe de cette prudence, le succès du fonds «Short Oil» lancé par ETF Securities. Ce véhicule, dont les parts sont échangeables en bourse, permet de répliquer la vente à découvert de pétrole: si le baril perd 10%, ses détenteurs gagnent 10%. «C'est notre produit qui connaît la plus forte croissance; lancé début mars, il a attiré près de 200 millions de dollars», témoigne un responsable de la firme londonienne. Certes, plus que des funambules convaincus du plongeon des cours du brut, ses utilisateurs demeurent surtout des gérants protégeant leurs investissements dans les actions des sociétés pétrolières. Il n'empêche. Cet engouement reflète les doutes commençant à poindre face à l'inexorable envolée du pétrole.

                          Commentaire


                          • #14
                            Impossible ...

                            la consommaion de la chine a simplement dépassé sa production en 1990 . La consommation a été multiplié par 3 .
                            La croissance des pays emmergeants , russie , inde , chine évolue entre 7% et 10% ...si toutes la planette veut vivre sur un rythme industrialisé clairement impossible 100$ le barril . On compte 800 voitures pour 1000 habitants aux US et 200 pour la russie . IMPOSSIBLE



                            THE ENERGY BOOM IS JUST STARTING YOUNG GENEVA !!!!

                            Commentaire


                            • #15
                              Bonjour,

                              En Russie comme en Chine, il y a surtout des pauvres capable de s'acheter soit une bouteille de mauvaise Vodka, soit un bol de riz.

                              C'est possible, mais pas évident que ces pays puissent consommer suffisamment pour pousser à la hausse les prix pétroliers.

                              Toutes les hypothèses restent ouvertes, amha.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X