Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ads

Réduire

Manipulation des chiffres du pétrole

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Manipulation des chiffres du pétrole

    Bonjour

    Lisez cet article et écoutez l'interview qui y est associée.

    Les révélations d'un cadre de l'Agence Internationale pour l'Energie dévoilent la manipulation des chiffres de l'Agence "pour ne pas déplaire aux Etats-Unis".



    Selon ce whistleblower (pratique anglo-saxone qui consiste pour un salarié à dénoncer officiellement une pratique peu recommandable de son entreprise en échange d'un statut de protection) le pic est bel et bien à portée de main.

    "Many inside the organisation believe that maintaining oil supplies at even 90m to 95m barrels a day would be impossible but there are fears that panic could spread on the financial markets if the figures were brought down further. And the Americans fear the end of oil supremacy because it would threaten their power over access to oil resources,"

    Traduction rapide :
    "Beaucoup d'entre nous au sein de l'organisation pensent que même maintenir la production entre 90 et 95 millions de barils/jour sera impossible mais il y a l'angoisse de déclencher une panique sur les marchés financiers si les chiffres étaient dévoilés. Et les américains envisagent avec angoisse la fin de suprématie du pétrole car ceci mettrait en danger leur pouvoir sur l'accès aux ressources pétrolières."

    A+


  • #2
    J'ai assiste il y a deux semaines a une conference sur le sujet donnee par Robert Mabro, President of the Oxford Institute for Energy Studies and former Senior Research Officer in the Economics of the Middle East at Oxford University.

    D'apres lui, il n'y aura pas un peak oil, qui est la vision vendue par les marches. Je vous laisse deviner pourquoi...

    Mais plutot des peak oils car a chaque fois aue le prix flambera, des nouveaux investissements technologiques pourront etre finances et mettront a jour des nouvelles couches exploitables qui feront retomber le soufflet.

    Commentaire


    • #3
      Cela ne m'étonne pas..les reserves de pas mal de pays du golfe seraient trafiqués..

      Les US qui importent la majeur partie de leur pétrole n'aurait de plus aucun intérêt à avoir un baril hors de prix..

      Commentaire


      • #4
        Les US qui importent la majeur partie de leur pétrole n'aurait de plus aucun intérêt à avoir un baril hors de prix..


        Je ne suis pas et de loin un specialiste de la question mais il me semblait que les US avait plus de reserves sur leur sol que de nombreux pays. Pas les mieux lottis bien sur mais bien mieux que nous.

        Commentaire


        • #5
          Citation de : altair_606 (au 10-11-2009 17:39:55)

          Mais plutot des peak oils car a chaque fois aue le prix flambera, des nouveaux investissements technologiques pourront etre finances et mettront a jour des nouvelles couches exploitables qui feront retomber le soufflet.



          C'est beau l'optimisme...

          Même s'il y a de nouvelles couches exploitables, il faudra le temps de les exploiter.
          Et, le plus important, à quel débit?

          Parce que de gros stocks supplémentaires mais avec un rythme de production faible, ce n'est pas terrible.

          Commentaire


          • #6
            Ta remarque souligne donc aussi des peak oils multiples et non un seul. Cette théorie ne contredit pas la hausse du marché et les bulles (fondées ou pas) qui vont avec.

            Commentaire


            • #7
              Citation de : altair_606 (au 10-11-2009 17:39:55)

              ...

              Mais plutot des peak oils car a chaque fois aue le prix flambera, des nouveaux investissements technologiques pourront etre finances et mettront a jour des nouvelles couches exploitables qui feront retomber le soufflet.



              Bonjour

              Je pense aussi qu'il n'y aura pas un pic, mais je pense aussi qu'il n'y aura pas non plus plusieurs pics.

              La hausse des prix est effectivement un facteur d'encouragement pour la recherche et les investissements mais la mise sur le marché ne peut se faire qu'après un délai très long (5 à 10 ans).

              En revanche la demande est directement liée à la croissance globale. La crise est donc notre meilleure amie pour éviter un emballement des prix de l'or noir (je penche donc pour un plateau plutôt que pic ou pics).

              Par contre cette crise écarte les investissements de ce secteur, ce qui conduira à terme à une crise encore plus aigüe sur ce marché car, comme je l'ai dit plus haut, l'arrivée de nouvelles productions se fait avec un délai important après la prise de décision d'augmenter les investissements.

              A+

              Commentaire


              • #8
                Citation de : Roque (au 24-11-2009 09:14:18)

                Citation de : altair_606 (au 10-11-2009 17:39:55)

                ...

                Mais plutot des peak oils car a chaque fois aue le prix flambera, des nouveaux investissements technologiques pourront etre finances et mettront a jour des nouvelles couches exploitables qui feront retomber le soufflet.



                Bonjour

                Je pense aussi qu'il n'y aura pas un pic, mais je pense aussi qu'il n'y aura pas non plus plusieurs pics.

                La hausse des prix est effectivement un facteur d'encouragement pour la recherche et les investissements mais la mise sur le marché ne peut se faire qu'après un délai très long (5 à 10 ans).

                En revanche la demande est directement liée à la croissance globale. La crise est donc notre meilleure amie pour éviter un emballement des prix de l'or noir (je penche donc pour un plateau plutôt que pic ou pics).

                Par contre cette crise écarte les investissements de ce secteur, ce qui conduira à terme à une crise encore plus aigüe sur ce marché car, comme je l'ai dit plus haut, l'arrivée de nouvelles productions se fait avec un délai important après la prise de décision d'augmenter les investissements.

                A+



                En dehors de l'aspect quantité disponible, j'avais lu (impossible de retrouver la source pour le moment) que le PRU d'un baril était d'au moins 65$ (fabrication + livraison) et qu'on était donc déjà sur des planchers à moyen terme.

                Commentaire


                • #9
                  Citation de : Lliane (au 24-11-2009 10:47:20)



                  En dehors de l'aspect quantité disponible, j'avais lu (impossible de retrouver la source pour le moment) que le PRU d'un baril était d'au moins 65$ (fabrication + livraison) et qu'on était donc déjà sur des planchers à moyen terme.




                  Bonjour

                  Donner un chiffre comme ça c'est un raccourci.
                  Le coût de production du pétrole varie de façon considérable en fonction du type et de la région de production, comme le dit l'EIA ci-dessous.

                  Reservoir characteristics (such as pressure) and physical characteristics of the crude oil are important factors that affect the cost of producing oil. Because these characteristics vary substantially among different geographic locations, the cost of producing oil also varies substantially. In 2007, average “lifting” costs (all the costs associated with bringing a barrel of oil to the surface) reported to EIA by the major private oil companies participating in the Financial Reporting System (FRS)1 ranged from about $3.87 per barrel (excluding taxes) in Central and South America to about $10.00 per barrel in Canada. The average for the U.S. was $8.35 per barrel (an increase of 18.5 percent over the $7.05 per barrel cost in 2006).

                  Une idée des coûts moyens formant le prix moyen pour les compagnies américaines rapportant à l'EIA:
                  Cliquez pour agrandir


                  Upstream costs : coûts total
                  Finding costs : coûts d'exploration
                  Lifting costs : coûts d'extraction

                  Les coûts d'extraction d'Aramco sont bien en dessous de ceux-ci.

                  A+

                  Commentaire


                  • #10
                    Mercredi 25 novembre de 20h35 à 22h25 sur France 3
                    Débat
                    Vu du ciel
                    Thèmes de l'émission : La fin du pétrole

                    Commentaire


                    • #11
                      Citation de : Roque (au 24-11-2009 11:50:00)


                      Bonjour

                      Donner un chiffre comme ça c'est un raccourci.
                      Le coût de production du pétrole varie de façon considérable en fonction du type et de la région de production, comme le dit l'EIA ci-dessous.

                      ...

                      Upstream costs : coûts total
                      Finding costs : coûts d'exploration
                      Lifting costs : coûts d'extraction

                      Les coûts d'extraction d'Aramco sont bien en dessous de ceux-ci.

                      A+



                      Il n'y a que l'extraction là, la livraison est sensée être comprise dans le prix du baril.

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X