Annonce
Réduire
Aucune annonce.
Ads
Réduire
Jusqu'ici tout va bien...
Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • bonjour,

    Ce soir = Microsoft + Alphabet
    Demain = Meta
    Jeudi = Apple + Amazon

    8400 milliards$ de market cap à eux cinq

    Soit 50% de la capitalisation boursière du Nasdaq100 qui annonce ses résultats sur 3 jours

    = 22% de la capitalisation boursière du SP500 (dixit A Baradez)

    faites vos jeux

    Commentaire


    • L'avertissement de Villeroy : attention à la BCE la semaine prochaine

      EconomieIl y a 3 heures (02/06/2022 14:16)

      Par Laura Sanchez

      Investing.com - La Banque centrale européenne (BCE) doit réduire ses mesures de relance car l'inflation est trop forte et généralisée. Ce sont les mots forts de François Villeroy, membre de la BCE, dans un discours prononcé lors d'un événement économique à Paris.

      Le gouverneur de la Banque de France a déclaré que même une mesure de l'inflation sous-jacente, qui exclut l'impact de la hausse des prix de l'alimentation et de l'énergie, est supérieure à l'objectif de 2 % de la BCE après avoir atteint 3,8 % en mai.

      M. Villeroy prévient que la réunion de la banque centrale la semaine prochaine sera "décisive" pour établir une réponse.

      "L'inflation est non seulement trop élevée, mais aussi trop large", a déclaré M. Villeroy. "Cela nécessite une normalisation de la politique monétaire, je dis bien normalisation et non pas resserrement", note le banquier, dans des propos rapportés par Bloomberg.

      Ces décorations interviennent alors que la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a annoncé la fin imminente des achats d'obligations, suivie de hausses de taux d'un quart de point en juillet et en septembre.

      M. Villeroy s'est fait l'écho de ses commentaires, affirmant que le processus devait être "progressif mais déterminé".

      "La politique budgétaire sera encore plus contrainte par le niveau élevé de la dette publique post-pandémique et par la hausse des taux d'intérêt", a déclaré M. Villeroy. "De plus, dans les deux prochaines années, le contexte sera celui d'un ralentissement de la croissance, voire, selon certaines craintes, d'une stagnation économique", a déclaré le banquier français.


      Commentaire


      • Le PDG de JPMorgan met en garde contre un "ouragan" économique à venir | Zone bourse

        Commentaire


        • Goldman Sachs met en garde contre une confluence de chocs économiques sans précédent

          ActionsIl y a 7 heures (03/06/2022 03:25)

          Investing.com – Faisant écho au patron de JP Morgan Jamie Dimon qui a averti d’un « ouragan économique » mercredi soir, un haut dirigeant de Goldman Sachs (NYSE:GS) a lui aussi mis en garde contre des temps plus difficiles à l'avenir face une série de chocs secoue l'économie mondiale.

          "C'est l'un des environnements les plus complexes et dynamiques que j'aie jamais vus dans ma carrière", a déclaré John Waldron, lors d'une conférence avec les investisseurs jeudi. "La confluence du nombre de chocs subis par le système est pour moi sans précédent".

          En référence aux propos de Dimon la veille, Waldron a déclaré qu'il éviterait "d'utiliser des analogies météorologiques", mais il a cependant exprimé les mêmes inquiétudes que le patron de JPM quant à l'inflation, à l'évolution de la politique monétaire et à l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

          "Nous nous attendons à ce que l'économie connaisse des temps plus difficiles", a déclaré M. Waldron. "Il ne fait aucun doute que nous assistons à un environnement plus difficile sur les marchés des capitaux".

          En ce qui concerne Goldman Sachs, Waldron s'est cependant montré confiant quant à la capacité de la banque à continuer à générer des bénéfices élevés malgré la récession.

          "Quel que soit l'environnement économique, nous nous en sortirons très bien", a-t-il déclaré.


          Commentaire


          • Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		tesla musk.png 
Affichages :	309 
Taille :		234,8 Ko 
ID : 			2146466
            ,,,

            Commentaire


            • Investing.com - Morgan Stanley (NYSE:MS) voit des vents contraires sur les bénéfices et propose aux investisseurs quelques actions à dividendes pour optimiser les rendements malgré la volatilité.

              Les prévisions de bénéfices pour cette année et l'année prochaine restent "trop élevées", d'autant plus que le resserrement de la politique de la banque centrale a un impact différé sur l'économie, selon Morgan Stanley.

              Les marchés étaient agités en début de semaine avant la réunion de la Réserve fédérale où les décideurs devraient relever les taux d'intérêt de 75 points de base supplémentaires.
              "Même si nous pensons qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que la réalité ne soit évaluée à sa juste valeur, les investisseurs pourraient être confrontés à une trajectoire volatile en l'absence d'un événement pour clarifier la situation".

              La banque a déclaré que le S&P 500 "reste surévalué" compte tenu des risques sur la croissance. Elle voit le S&P 500 atteindre un plancher autour de 3 400 dans son scénario de base. Son scénario baissier, en revanche, prévoit que le S&P 500 plonge vers 3 000 avant de revenir dans la première moitié de 2023.
              "En résumé, nous prévoyons une tendance primaire des prix à la baisse et volatile au cours des trois prochains mois".

              Commentaire


              • USA: les taux de la Fed pourraient continuer à grimper au vu de l'inflation,

                13/02/2023 | 16:06

                Washington (awp/afp) - La banque centrale américaine (Fed) devrait continuer à relever ses taux dans les prochains mois, et les maintenir à un niveau élevé pendant un moment, face à une inflation toujours trop forte, a alerté lundi une gouverneure de l'institution monétaire.
                "Je m'attends à ce que des hausses supplémentaires soient appropriées", a déclaré Michelle Bowman lors de la conférence de l'association des banquiers communautaires américains à Orlando (Floride).
                Elle a par ailleurs précisé que les taux devraient rester élevés "pendant un certain temps pour rétablir la stabilité des prix".
                ​ Plusieurs autres responsables de la Fed, y compris son président, Jerome Powell, avaient fait des déclarations allant dans le même sens la semaine passée.

                "Nous sommes encore loin d'avoir atteint la stabilité des prix, et je m'attends à ce qu'il soit nécessaire de resserrer davantage la politique monétaire pour ramener l'inflation vers notre objectif", a-t-elle encore souligné.

                "Les tensions persistantes sur le marché du travail exercent des pressions à la hausse sur l'inflation, même si certaines composantes de l'inflation ralentissent en raison de l'amélioration des facteurs liés à l'offre", a précisé cette gouverneure de la Fed.

                Le marché de l'emploi a fait montre d'une santé éclatante en janvier, avec un taux de chômage tombé à 3,4%, plus bas qu'avant la pandémie de Covid-19, et plus d'un demi-million d'emplois crées. Le manque de main d'oeuvre demeure pour de nombreux employeurs, les poussant à proposer des salaires plus élevés.

                Les chiffres de l'inflation CPI - qui font référence - de janvier seront publiés mardi. Et pourraient continuer à ralentir sur un an, mais repartir à la hausse sur un mois.

                Les prix pourraient ainsi avoir augmenté de 0,4% par rapport à décembre, quand ils avaient reculé de 0,1% entre novembre et décembre, selon le consensus de Market Watch. Sur un an cependant, l'inflation est attendue à 6,2% contre 6,5% le mois dernier.

                Le 1er février, à l'issue de sa première réunion de l'année, la Fed avait relevé ses taux d'un quart de point, les poussant dans la fourchette de 4,50% à 4,75%.

                afp/rp

                Commentaire


                • La Fed s'engage " absolument " à atteindre l'objectif d'une inflation de 2 %, selon M. Williams.
                  23/02/2023 | 00:23
                  Le président de la Réserve fédérale de New York, John Williams, a déclaré mercredi que la banque centrale américaine est "absolument" déterminée à ramener l'inflation à son objectif de 2 % au cours des prochaines années en faisant baisser la demande en fonction de l'offre limitée.
                  "Notre tâche est claire : nous devons veiller à rétablir la stabilité des prix, qui est véritablement le fondement d'une économie forte", a déclaré M. Williams lors d'une conférence organisée par la banque.
                  Il a noté qu'avec des chaînes d'approvisionnement mondiales toujours perturbées, les prix des biens pourraient ne pas poursuivre leur récente baisse, et que l'inflation dans les services de base hors logement continue d'être beaucoup trop élevée, alimentée par une trop forte demande par rapport à l'offre.

                  © Zonebourse avec Reuters 2023




                  Commentaire


                  • UBS en pourparlers pour l'acquisition du Credit Suisse -FT
                    17/03/2023 | 22:22
                    Le géant bancaire UBS est en discussion pour reprendre tout ou partie de Credit Suisse, les conseils d'administration des deux plus grands créanciers suisses devant se réunir séparément au cours du week-end, a rapporté le FT vendredi, citant plusieurs personnes informées des discussions.
                    © Zonebourse avec Reuters 2023​





                    Commentaire


                    • La récession pourrait être le "seul moyen" de lutte contre l'inflation pour la Fed (BNY Mellon)

                      Aujourd'hui à 15:30
                      Le " scénario le plus probable " est que pour la Fed, " la récession soit le seul moyen d'enrayer de manière efficace la persistance de l'inflation et de l'ancrer à nouveau à un niveau plus proche de 2 % ". C'est ce qu'affirme Sonia Meskin, responsable macroéconomie États-Unis, BNY Mellon Investment Management, jugeant que la probabilité de ce scénario est passée de 60 % au début de 2023 à 80 % aujourd'hui. Pour elle si "une récession légère résultant d'un recul progressif et modéré des prêts " est possible, " une récession plus profonde associée à un resserrement du crédit est plus probable".

                      Jusqu'à présent, le resserrement quantitatif " s'est déroulé discrètement en arrière-plan et n'a guère eu d'incidence sur les conditions générales du crédit ", mais " si la Fed continue de retirer des liquidités au moment même où les banques réduisent leurs propres prêts aux entreprises et aux ménages, les conditions de crédit globales pourraient soudainement se resserrer de manière significative " ajoute l'analyste.

                      " Si les banques régionales de petite et moyenne taille continuent de faire faillite et que celles qui restent réduisent leurs prêts, l'offre de crédit à l'économie américaine pourrait diminuer de manière significative et précipiter une récession " avertit Sonia Meskin. Elle souligne que si la Fed " parvient à soutenir efficacement les risques encourus par les petites et moyennes banques ", ces dernières " ont déjà connu une fuite des dépôts et sont susceptibles de faire l'objet d'une surveillance réglementaire accrue ". L'analyste estime qu' " on peut raisonnablement s'attendre à ce que ces deux processus renforcent leurs conditions d'obtention des crédits et réduisent leurs prêts à l'économie américaine dans l'ensemble ".
                      ​AOF 2023

                      Commentaire


                      • Morgan Stanley voit le S&P 500 baisser de 20 % vue les turbulences bancaires

                        Actions Il y a 6 heures (14/04/2023 16:01)
                        Investing.com - Morgan Stanley (NYSE:MS) prévoit une baisse des actions américaines, le S&P 500 chutant de plus de 20 % dans le courant de l'année, en raison d'une récession imminente des bénéfices et des retombées dans le secteur bancaire.

                        La banque a réitéré son scénario de base selon lequel le S&P 500 devrait terminer l'année à 3 900, soit environ 6 % de moins que les niveaux actuels. Son scénario baissier est de 3 600 et son scénario haussier de 4 200.

                        Mais en cours de route, la banque s'attend toujours à ce que l'indice atteigne un creux de 3 000 à 3 300 pour ce cycle, ce qui représente une baisse de plus de 20 %.
                        "Ce chemin vers 3 900 passe toujours par les 3 000 points bas en fin de compte"


                        Malgré la campagne agressive de resserrement monétaire de la Réserve fédérale, les actions américaines sont restées relativement résistantes. Le S&P 500 a progressé de 8 % depuis le début de l'année, tandis que le Nasdaq Composite a fait un bond de 17 % au cours de la même période.

                        La série de faillites bancaires de mars et les craintes de contagion qui en ont découlé n'augurent toutefois rien de bon pour les bénéfices des entreprises.
                        "Nous sommes dans le camp de la récession des bénéfices. Qu'il y ait ou non une récession économique n'est pas aussi important que la récession des bénéfices"

                        "La situation des bénéfices est bien pire que ce que pense le consensus... Le stress bancaire ne fait que nous conforter dans cette idée".




                        Commentaire


                        • Pour Guillaume Ancel, la guerre entre Israël et le Hamas est "une impasse sanglante" : l'offensive militaire terrestre qui se profile sur Gaza ne pourra venir à bout de cette "cible molle" qu'est cette organisation terroriste. Selon le spécialiste défense, l'attaque du 7 octobre "n'est pas du niveau du Hamas" : il décrypte l'intérêt que la Russie de Vladimir Poutine tirerait d'une escalade du conflit.

                          Commentaire


                          • ASML Holding fait face à de nouvelles restrictions sur l'exportation d'équipements de fabrication de puces vers la Chine

                            Le 02 janvier 2024 à 14:15
                            Partager




                            (MT Newswires) -- ASML Holding (ASML) est confronté à de nouvelles restrictions sur les exportations vers la Chine après que les États-Unis ont convaincu les autorités néerlandaises de bloquer une cargaison d'équipement de fabrication de micropuces lundi.
                            Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exhorté mardi les Pays-Bas à "être impartiaux, à respecter les principes du marché et la loi, à prendre des mesures pratiques pour protéger les intérêts communs des deux pays et de leurs entreprises et à maintenir la stabilité des chaînes d'approvisionnement internationales", selon Reuters.
                            ASML a déclaré lundi que sa licence d'exportation pour deux systèmes de lithographie avait été "partiellement révoquée" par les Pays-Bas, où la société a son siège, "ce qui a un impact sur un petit nombre de clients en Chine".
                            La société a déclaré qu'elle ne s'attendait pas à ce que la révocation ou une série de restrictions américaines sur le contrôle des exportations annoncées en octobre "aient un impact matériel sur nos perspectives financières pour 2023."
                            Prix : 731,01, Variation : -25,91, Pourcentage de variation : -3,42


                            Commentaire


                            • BJR

                              je jette un coup d'oeil sur ASML et j'observe ça , suivant ma façon n'analyser ...!

                              Sur cet alignement tangentiel la cible CTH à été atteinte avec une rejection baissière en cours de suivi à l'aide d'un alignement bleu basé sur BH-1 avec contact sur la LM .... une rejection haussière est possible ...?

                              Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		asml daily 2024-01-02_152155.png  Affichages :	0  Taille :		160,9 Ko  ID : 			2278090

                              Commentaire


                              • Bjr Biotrade,
                                Fondamentaux. Qques infos complémentaires.
                                02/12/2023 https://www.phonandroid.com/huawei-d...-puces-5g.html

                                Dans la guerre de l'électronique qui oppose les Etats-Unis et la Chine, l'Europe dispose d'une pièce maîtresse : l'entreprise hollandaise ASML, qui produit les équipements industriels de pointe utilisés pour fabriquer les puces. Du moins en théorie. Dans les faits, ASML comme ses rivaux japonais sont assujettis aux desiderata du gouvernement américain.


                                -----
                                ⏹️
                                signature

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X